Partager

Les criquets pèlerins, dont la multiplication est favorisée par d’abondantes pluies, représentent un grave danger pour les cultures et pâturages au Mali et au Niger, avertit mardi l’Agence de l’ONU pour l’Alimentation et l’Agriculture dans un communiqué. Mobilisées au Niger, des équipes terrestres de prospection et de lutte antiacridienne ont depuis début juin traité 1.200 hectares contre ce ravageur.En revanche, dans le nord du Mali, les opérations de lutte sont entravées par le conflit politique, et les efforts de prospection doivent s’appuyer sur un réseau informel d’information alimenté par les populations locales et les nomades. Des criquets ont également été observés dans l’est du Tchad et au Darfour, dans l’ouest du Soudan. En plus des efforts déployés par les pays touchés, la FAO a lancé un appel de fonds d’un montant de 10 millions de dollars afin de maintenir et étendre les opérations antiacridiennes. Une somme additionnelle de 2,8 millions de dollars de fonds d’urgence a été promise par des bailleurs de fonds au titre de l’aide bilatérale en vue de contrer la menace actuelle. AFP.