Partager

jpg_une-2564.jpgL’opposition se dessine-t-elle déjà au sein de l’Assemblée nationale? La question taraude les esprits depuis l’élection du nouveau Président de l’Assemblée nationale. En effet, il nous est revenu que les députés de ces formations politiques ont décidé de n’accorder leurs voix ni au candidat de la majorité ni à celui de SADI.

Dans les couloirs de l’Hémicycle, nous avons appris que ces élus ont décidé de voter blanc, tout simplement. Il nous est revenu que les 20 bulletins blancs recensés lors du vote appartiennent aux députés de l’URD, du PARENA et du PDES. Est-ce à dire que ces formations politiques vont se retrouver pour animer l’opposition. Wait and see!

L’honorable Issa Togo met les pieds dans le plat

Le député du parti ADEMA/PASJ élu à Koro, l’Honorable Issa Togo, a failli gâter les choses en mettant les pieds dans le plat. En effet, de façon inattendue, il est intervenu pour donner les consignes de vote de son parti en séance plénière et a appelé les députés de l’ADEMA à voter pour le candidat du RPM. Chose qui a créé une atmosphère glaciale dans la salle. Car c’est la première fois qu’un parti intervient pour donner sa position par rapport au vote en pleine séance plénière. Cette attitude a été très mal accueillie par l’assistance, qui s’en est étonnée. Car le vote s’effectue à bulletins secrets. C’est-à-dire qu’un parti ou un groupement de partis n’a pas à faire connaître publiquement sa position après l’ouverture de la séance plénière.

L’Honorable Oumar Mariko: un éternel perdant

Le leader du parti SADI, Oumar Mariko, a, une fois de plus mordu la poussière lors de l’élection du nouveau Président de l’Assemblée nationale. Il s’était présenté contre le candidat de la majorité présidentielle, forte de plus de 100 députés. C’est dire qu’il s’était présenté en catastrophe. Car la cause était perdue d’avance. Mais ce n’est pas surprenant de sa part, car il s’est toujours dans des combats dont il sait qu’il n’a aucune chance de les gagner. Il n’a obtenu que 11 voix sur les 147 possibles. Ce qui correspond au nombre de députés de son parti, plus les FARE avec lesquelles il compte former un groupe parlementaire. Néanmoins, cette fois-ci, il a eu le mérite de faire en sorte qu’il y ait au moins une compétition entre deux candidats. Sans lui, le candidat de la majorité aurait seul en course, ce qui aurait donné l’impression d’une nomination.

L’Honorable Mamadou Hawa Gassama s’illustre déjà

A peine l’Assemblée nationale rentrée, que le tonitruant député étrangleur, élu à Yélimané, Mamadou Hawa Gassama, un fin perturbateur à l’Hémicycle, s’est déjà illustré. Si souvent, à l’Assemblée nationale, il intervient pour faire rire les gens, cette fois-ci, en doyen et dans un français pas très académique, il a rappelé le respect des procédures concernant les dérogations. Et déclaré qu’elles doivent être lues, en disant «untel donne dérogation à untel». Sacré Gassama!

Soumaïla Cissé: la désormais vedette de l’Assemblée nationale

Après son échec à la présidentielle, le fondateur de l’URD, Soumaïla Cissé, est en train de se refaire une santé à l’Assemblée nationale. En véritable star, il attirait les caméras et les photographes dans la salle lors de la rentrée parlementaire. Dans une Assemblée nationale qui manque de personnalités de son rang, ses interventions risquent d’être durant cette législature la principale attraction des journalistes et autres curieux à Bagadadji.

Majorité présidentielle – opposition: le ton est-il donné ?

Les passes d’armes entre la majorité présidentielle et l’opposition ont-elles déjà commencé? Tout porte à le croire. En effet, lorsqu’il s’est agi de désigner les 15 membres de la Commission pour la relecture du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale pendant cette législature, tout de suite on a assisté aux premières bisbilles entre la majorité présidentielle et l’opposition. Lorsque le Président des jeunes du RPM, l’Honorable Moussa Timbiné est intervenu pour annoncer la composition de ladite Commission, il a été rappelé à l’ordre par l’Honorable Dédéou Traoré de l’URD, en ces termes: «ce n’est pas à vous de dire ça. Vous le dites au nom de qui?». A sa suite, l’ancien Président du groupe parlementaire URD, l’Honorable Abdoul Malick Seydou Diallo, élu à Ansongo, a ajouté: «je ne comprends pas ces 15 membres. 15 par rapport à quoi?». Et Soumaïla Cissé de souligner qu’il était important que les décisions soient prises au sein de l’Assemblée nationale entre députés, et non qu’elles viennent d’ailleurs. Premier test donc pour le tout nouveau Président, qui a fini par rappeler que cette décision était une proposition de l’administration parlementaire en fonction du nombre de députés de chaque parti. N’est-ce pas le début des hostilités?

Rassemblé par Youssouf Diallo

Les Echos du Parlement du 24 janvier 2014