Partager

Les autorités centrafricaines ont remis lundi 8 octobre aux autorités tchadiennes quelques centaines d’éléments de l’ex-rébellion du Front populaire pour le redressement (FPR). C’est la première vague de l’opération de rapatriement de ces combattants. Le 8 septembre dernier, Bangui et Ndjamena en signant un document de paix avec Abdel Kader Baba Laddé, le chef du FPR, avaient convenu d’un retour au Tchad de tous les combattants du FPR dans un délai d’un mois. C’était donc ce lundi 8 octobre qu’arrivait à terme ce délai. L’opération a eu lieu, d’après la médiation centrafricaine, en présence de Baba Laddé qui avait demandé, vendredi sur RFI, à ses éléments de rester sur le site de cantonnement en République centrafricaine, le temps pour lui de négocier un programme de réinsertion pour eux. Cette mission conduite par Jean-Francis Bozizé, ministre délégué à la Défense nationale et Paulin Pomodimo, chef du Conseil national des médiations, a prévu de conduire plus de 500 personnes à la frontière. Mais, une source bien informée parle de quelque 350 personnes sur place. C’est un chiffre très en dessous des 3 000 hommes que Baba Laddé a revendiqués lors de la signature du document de Ndjamena. RFI