Partager

Le ministre libérien de l’Agriculture a présenté sa démission ce dimanche. Chris Toe, à la tête d’une unité spéciale chargée de combattre l’invasion de chenilles, fléau qui ravage les récoltes du pays, a été désavoué par la présidente Ellen Johnson Sirleaf qui a vivement critiqué la lenteur de l’aide promise à la population. Le pays avait décrété l’état d’urgence et sollicité l’aide de la communauté internationale. Lors d’une tournée début mars dans les comtés du nord affectés par les invasions de chenilles, Ellen Johnson Sirleaf n’avait pas caché son mécontentement face à la lenteur dans l’acheminement de l’aide. Objet de la colère présidentielle : malgré l’argent débloqué, les pompes à eau devant permettre aux populations de ne plus s’abreuver dans les marigots souillés par les insecticides et les déjections de chenilles n’étaient toujours pas arrivées. Refusant d’endosser le rôle de bouc émissaire, après les excuses forcées de la présidente, le ministre de l’Agriculture convoquait la presse trois jours plus tard. Documents à l’appui, Chris Toe expliquait qu’il n’avait pas les moyens de remplir sa mission. (Rfi)