Partager

Formée en octobre dernier, l’équipe Modibo Sidibé pourrait être réaménagée en mars prochain, à en croire des sources généralement crédibles.

Entré au gouvernement à la faveur de la victoire des basketteuses de l’équipe nationale sur les Lionnes du Sénégal à la 20ème édition de la Coupe d’Afrique de basket ball en 2007, Hamèye Niang pourrait en sortir à la faveur de la débâcle des Aigles à la 26è édition de la CAN 2008 au Ghana.

A quoi s’ajoutent la mauvaise gestion des primes des joueurs par le département des Sports, le sabotage de la commission dite « Daga » chargée des affaires occultes (féticheurs et marabouts) ce qui, selon nombre de nos concitoyens, expliquerait que le Mali n’aurait pas dépassé le premier tour des éliminatoires, contrairement aux précédentes participations du Mali à une phase finale de la Coupe d’Afrique. Il est vrai que les Aigles avaient toujours atteint le stade au moins des quarts de finale.

Au total, nombreux sont nos concitoyens à estimer que le ministre Niang a enregistré le plus mauvais record de tous les ministres des Sports ayant géré une CAN.

Trois ministres politiques (une femme et deux hommes) sont indexés comme devant quitter eux-aussi l’attelage gouvernemental, conduit par Modibo Sidibé.

Assemblée nationale :

Dioncounda Traoré, en Algérie ce vendredi

Le président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, à la tête d’une forte délégation parlementaire, quittera Bamako ce vendredi à destination d’Alger. Il répondra ainsi à l’invitation de son homologue algérien.
Cette visite d’amitié et de travail contribuera certainement à raffermir les relations historiques qui existent entre les deux pays.

Guerre des Touré au sommet de l’URD :

Soumaïla à Bamako pour réconcilier les frères ennemis

Le père spirituel et référentiel de l’URD, Soumaïla Cissé est à Bamako depuis hier mercredi 20 février. Il y est venu pour dissuader les responsables du parti d’aller à une compétition interne.

Dans la mesure où le deuxième vice-président, Oumar Ibrahim Touré, entend briguer la présidence du parti en avril prochain tandis que Younoussi Touré, le président sortant, veut rempiler.
Une importante réunion autour de Soumaïla Cissé, considéré comme «le propriétaire du parti» a donc eu lieu hier soir pour amener le vieux Touré et le jeune Touré à s’entendre. L’un ou l’autre pourrait céder afin de «maintenir l’unité et la cohésion de l’URD» nous a-t-on dit.

Auparavant, une délégation des ressortissants de Goundam (ville originaire de Oumar Touré) à Bamako avait approché le fils du terrain pour lui demander de ne pas se «quereller avec Soumaïla Cissé».

C’est dire qu’en Afrique, particulièrement au Mali, la démocratie a du chemin à faire.

Toute compétition interne au sein d’un parti est signe de querelle, de division et autres. A suivre.

L’Etat malien et une entreprise indienne créent une société d’assemblage de tracteurs

Le Conseil des Ministres a adopté hier mercredi 20 février les projets de textes relatifs à la participation de l’Etat au capital d’une Société d’Economie Mixte dénommée, société d’assemblage de tracteurs.

Selon le communiqué rendu public, le secteur agricole, dans notre pays, se caractérise par son faible niveau d’équipement. Le taux d’équipement des exploitants agricoles est d’environ 35% pour la culture attelée et moins de 0,1% pour les tracteurs.

Le communiqué du Conseil des ministres précise que « dans le souci d’inverser cette tendance en vue de promouvoir le développement du secteur, d’améliorer la production et la productivité agricole, de contribuer à la réduction de la pauvreté en milieu rural et d’assurer la sécurité alimentaire, le Gouvernement s’est engagé dans un vaste programme d’équipement et de modernisation de l’agriculture ».

Dans ce cadre, il a réalisé la construction en 2007 d’une usine d’assemblage de tracteurs à Samanko.

Le texte gouvernemental relève qu’en « vue de pérenniser et de développer la production de tracteurs, le Gouvernement et la Société Indienne Angélique Internationale Limited (AIL) ont décidé de constituer une société anonyme d’économie mixte dont l’objet est d’assurer l’exploitation de l’usine ».

Enfin précisons que la société dénommée société d’Assemblage de Tracteurs (Mali-Tracteurs SA) a un capital de 1 milliard de FCFA reparti entre l’Etat malien (49%) et la Société Angélique Internationale Limited (51%).

Rassemblés par Chahana TAKIOU

21 Février 2008.