Partager

Les responsables des sections des partis ADEMA et URD ont signé le 9 octobre une plateforme d’alliance pour les législatives en Commune I. Les deux partis s’engagent à faire front commun pour la conquête des 2 sièges en jeu. L’alliance a été signée par le Secrétaire général de la section URD, Aziz Dicko et Mme Conté Fatoumata Doumbia, Maire ADEMA de la Commune I.

C’est Oualy Diawara pour l’ADEMA et Amadi Diaby Gassama pour l’URD qui défendront les couleurs des deux formations, qui n’en sont pas à leur 1ère collaboration en la matière, lors de cette compétition électorale. Depuis 2009, ADEMA et URD travaillent ensemble à la Mairie de la Commune I, où ils comptabilisent plus de la majorité des élus municipaux, et au moins un conseiller communal dans chaque quartier. Le Secrétaire général de la section URD a prôné l’union: «si chacun se donne la main et travaille ensemble, nous allons passer dès le premier tour. Même si ce n’est le cas, au second nous allons réaliser une victoire écrasante». De son côté, le candidat de l’ADEMA, Oualy Diawara dit Damaguélé, a invité les militants des deux partis à ne pas avoir de complexes face au parti vainqueur de la présidentielle. Il a martelé que cela n’impactera pas sur les législatives dans sa circonscription électorale.

Gao: le RPM refuse la main tendue d’ASMA et de l’ADEMA

Dans la cité des Askia, l’euphorie de la victoire d’IBK à la présidentielle a fait monter la moutarde au nez du RPM, qui croit qu’il est très fort, à telle enseigne qu’il a refusé la main tendue d’ASMA, le parti de Boubèye Maïga, ministre de la Défense et des Anciens Combattants, proche aujourd’hui d’IBK. De même, les Tisserands sont restés sourds à l’appel de l’ADEMA, incarné à Gao par Assarid Ag Imbarcawane, 2e Vice-président de l’Assemblée nationale et Secrétaire administratif du Comité exécutif des Abeilles. Le parti d’IBK a tourné le dos à ces deux formations pour constituer sa propre liste. A-t-il eu vraiment raison? Wait and see!

Niafunké: Soumaïla Cissé, candidat de l’URD

Le fondateur de l’URD, Soumaïla Cissé, a décidé cette année de se porter candidat aux élections législatives. Pour ce faire, il s’est rendu au bercail, pour briguer en même temps que Dédeou Traoré, l’époux d’Oumou Traoré Touré de la CAFO, les deux sièges de députés de la circonscription électorale de Niafunké. Ce duo sera très certainement infernal pour ses adversaires. Candidat malheureux au second de la dernière présidentielle, Soumi ne devrait avoir aucun problème pour passer haut la main dès le premier tour, le 24 novembre prochain, et ainsi succéder à l’actuel Président par intérim de l’Assemblée nationale, non moins Président de sa formation politique, Younoussi Touré, à Niafunké. Ce dernier semble accuser le poids de l’âge et ne se représente pas. Est-ce là la route pour Koulouba lors de la prochaine présidentielle pour Soumi? Qui vivra verra.

Diré: Nock Ag Attia candidat de la majorité présidentielle

L’Honorable Nock Ag Attia, député sortant de Diré, a été investi la semaine dernière comme candidat de la majorité présidentielle. Il en est à sa deuxième candidature sous la 3ème République et serait en bonne posture pour l’emporter cette fois-ci également, comme déjà sous la 2ème République. Car il fut également député UDPM et Secrétaire général de la section de Diré, l’une des rares nommée «section pilote avec palme». Nock Ag Attia est une personnalité qui a beaucoup fait pour la promotion du monde rural et de la microfinance dans sa circonscription électorale. Durant les récents évènements qu’a connus le Nord du pays, ses adversaires politiques ont tout fait pour l’assimiler aux rebelles, sans succès. Il est resté au Mali et s’est montré hostile à ceux-ci.

Goundam: Oumarou Ag Ibrahim lâche le HCC pour l’Hémicycle

Le Président du Haut conseil des collectivités, Oumarou Ag Ibrahim, par ailleurs 4ème Vice-président de l’ADEMA, est candidat aux législatives dans la circonscription électorale de Goundam. Il sera sur la même liste que Almadane Touré, candidat du RPM, Inspecteur des douanes de son état, en service aux Entrepôts maliens du Sénégal (EMASE). Cette liste sera radicalement opposée à celle d’Oumou Seck Sall de l’URD, en duo avec Mohamed El Maouloud, du même parti. Qui remportera le duel?

Ségou: Me Tall non partant

La Conférence de section CNID de Ségou, réunie la semaine dernière dans la cité des Balanzans, a procédé au choix de ses candidats pour les législatives du 24 novembre. Un constat s’impose: le leader du CNID, Me Mountaga Tall, qui n’a jamais perdu une élection législative dans son fief, a décidé, cette fois-ci, de ne pas être dans les starting blocks de la députation. Alors, quel sera l’avenir politique de l’enfant terrible de Ségou? Si IBK veut bien l’aider, il pourrait le nommer dans le prochain exécutif, afin que les Maliens découvrent un nouveau Tall, différent du député. Mais, si IBK entend l’enterrer politiquement parlant, il l’ignorera superbement.

CII : Karim reçoit les bénédictions de son père et du Chérif de Nioro

Depuis que Karim Kéita a affiché son ambition de briguer un siège député en Commune II, la famille Attaher Maïga de Quinzambougou (celle de sa mère), l’a béni. Des jeunes du quartier se sont spontanément réunis pour soutenir cette candidature, qu’ils considèrent «comme un don de Dieu». Très vite, la nouvelle s’est propagée dans la commune et l’association la «Voix du Peuple» a vite fait de porter cette candidature. IBK, le père de Karim, jusque-là réservé par rapport à ce choix, a finalement cédé face à la pression familiale et politique, parce que Karim est politiquement très engagé. Il sera certainement sur la même liste que Me Doumbia du RPM et Hady Niangado de la CODEM. Ils seront opposés au trio MPR, ADEMA et l’URD. Rappelons qu’après l’onction de son père, ce qui est important dans notre culture, le Chérif de Nioro s’apprête à donner des consignes de vote en faveur de Karim Kéita dans les Zawiyas de la Commune II.

Bourem: Chato au compte de l’UM-RDA Faso Jigui

L’Honorable Mme Aïssata Cissé dite Chato, député sortante de Bourem, a été désigné à l’unanimité des cadres et chefs de villages de sa circonscription électorale pour rempiler à son poste. C’est sous les couleurs de l’UM RDA qu’elle va se lancer cette fois-ci, en duo avec Mohamed Ould Matali du RPM, cet ancien député et Arabe bon teint, récemment accusé d’être pro MUJAO.

PDES: un parti pestiféré?

A la faveur de la constitution des listes pour les législatives du 24 novembre, le PDES, le parti de amis de l’ancien Président ATT, se cherche toujours des alliés, aujourd’hui introuvables. Même l’ADEMA et l’URD qui étaient au cœur du régime d’ATT, refusent de s’associer avec lui. Pour quelle raison? A croire que le PDES est frappé par la peste. Tout le monde le fuit, pour se diriger en masse vers le RPM. Ah, appétit du pouvoir, quand tu nous tiens!

Rassemblées par Chahana Takiou et Youssouf Diallo

22 Septembre du 10 Octobre 2013