Partager


Sécurité des chefs d’Institutions : ATT retire l’escorte motorisée à Pinochet et à Dioncounda!

Depuis le 3 septembre 2007, le Premier ministre et le Président de l’Assemblée nationale (PAN) n’ont plus droit à une escorte motorisée suite à un décret pris par le président de la République. Le motard du PAN a rejoint son unité d’origine peu après l’élection au perchoir, comme si la Présidence voulait protester à sa manière contre le choix opéré par l’écrasante majorité des députés.


Gouvernance ATT : Navire sans gouvernail!

Depuis plus de 100 jours qu’il a prêté serment pour un 2è et ultime mandat, le Président ATT hésite à nommer un nouveau gouvernement. Comme si un gouvernement n’était pas nécessaire à la marche du pays. Pinochet et ses ministres sont désarçonnés. Ils ne prennent aucune décision, ne gèrent aucune question. Tous les pouvoirs sont désormais concentrés dans les mains d’ATT et du Secrétaire Général de la présidence, l’Inspecteur Général de police, Modibo Sidibé. Les ministres jurent n’être au courant de rien. Certains se disent pressés de quitter un navire sans gouvernail.


Nord-Mali (1) : Gestion confidentielle et militaire

La question du nord relève du domaine militaire ” tel est l’aveu fait par un ministre du gouvernement Pinochet pour expliquer son ignorance totale du dossier. Il semble que ni le Premier ministre ni ses ministres ne sont associés à la gestion de la crise. Seuls quelques “ initiés ” gèrent cette épineuse question depuis… Koulouba.

Gouvernance : Une ambassadeur au secours du régime !

Le Président ATT, ses collaborateurs et Pinochet sont furieux contre le Bureau du Vérificateur Général (BVG). Les journaux du régime ne cessent d’ailleurs de pourfendre M. Sidi Sosso Diarra et ses collègues. Ils pourraient trouver un peu de consolation dans les critiques que l’ambassadrice du Canada formulent contre le BVG, chaque fois qu’elle en a l’occasion. Le Canada est ce pays qui a servi de source d’inspiration à ceux qui ont instauré le BVG au Mali.

Nord Mali (1) : Entre militaires

Dans la nuit du 12 au 13 septembre 2007 le Président ATT aurait rencontré au Palais de Koulouba plusieurs chefs militaires. Au menu de ce huis clos qui a duré tard dans la nuit, la situation au Nord, les déconvenues de l’armée dans le secteur de Tinzawatène et la situation générale du pays. La réunion se serait tenue à la demande de quelques officiers supérieurs inquiets de l’évolution de la situation.


Nord Mali (2) : Pinochet-la gaffe ?

Plusieurs observateurs estiment que le Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga a commis une bourde en révélant à la presse (“ le Républicain ”du 18 septembre) que l’armée nettoierait les bases rebelles dès après la libération des militaires faits prisonniers par Bahanga.

Nord Mali (3) : Soupçons sur l’Algérie ?

Les autorités maliennes sont de plus en plus agacées par ce qu’elles considèrent comme “le rôle douteux” de l’Algérie au nord du Mali. Elles reprochent à Alger dont l’efficacité de l’appareil sécuritaire est reconnu de n’avoir pas neutralisé les colonels Bahanga et Fagaga.

Elles n’hésitent plus à exprimer leur colère… en privé dans leurs bureaux et salons. Pour leur part, plusieurs anciens responsables de la 1ère république dont Seydou Badian Kouyaté et Sididié Oumar Touré (tous octogénaires) critiquent ouvertement l’Algérie et leur camarade et compagnon de Gao, Abdel Aziz Bouteflika surnommé Abdel Aziz El Mali du temps où l‘actuel président algérien coordonnait les activités des nationalistes algériens au nord du Mali.

20 septembre 2007.