Partager

MAOULOUD 2006

250 millions de nos francs pour la commission d’organisation régionale

Le Maouloud 2006 sera caractérisé, cette année, par une grande prière collective le 11 avril, dans la cité des 333 saints, sous le haut patronage du Guide de la révolution libyenne, le Frère Mouammar Kaddafi et du président, Amadou Toumani Touré. L’annonce de l’arrivée de Kaddafi a mobilisé les plus hautes autorités du pays et, en première ligne, le chef de l’Etat Amadou Toumani Touré. Aussi, a t-il mis en place une commission d’organisation nationale, dirigée par son conseiller chargé des affaires religieuses en l’occurrence Mahmoud Zouber. Une commission régionale d’organisation a été également installée à Tombouctou sous la direction du gouverneur. Les membres de la commission se sont mis à pied d’œuvre et ont élaboré un budget de 700 millions de nos francs. Jusqu’au lundi dernier, un copeck de ce pactole n’était encore tombé dans la caisse du gouvernorat. Ce qui rend encore l’organisation plus aléatoire, ce sont l’attentisme et le cafouillage total qui prévalent actuellement dans la cité des 333 saints.
Les autorités locales craignent même d’éventuels débordements puisqu’on a annoncé que Mopti, Gao, Kidal seront représentées chacune par 2000 personnes. Kayes, Sikasso, Koulikoro, Ségou seront également présents avec chacune 200 personnes. De Tombouctou même, il est attendu la participation de 8 000 représentants.
Les infrastructures d’accueil sont insuffisantes et il semble que des tentes climatisées seront installées sur les dunes pour loger le maximum d’officiels. Les différentes écoles ont aussi été ciblées pour accueillir «la plèbe». Mais, ce qui manque le plus demeure l’argent.
Aux dernières nouvelles, il nous est revenu que Kadhafi a envoyé hier mardi 3 milliards de FCFA à Koulouba, où siège la commission nationale d’organisation afin qu’elle mette les bouchées doubles.
Les heures qui ont suivi, 250 millions de nos francs ont été envoyés à Tombouctou alors que le devis estimatif s’élève à 700 millions de FCFA. En outre, nos sources indiquent que c’est l’armée et la Sécurité d’Etat qui ont enlevé la part du lion dans le pactole envoyé par Kaddafi.
La grande majorité des agents du service de renseignements du Mali sont présentement à Tombouctou. La ville est discrètement quadrillée par des agents en tenue civile, confondus à la population. A suivre. Procès en diffamation


PROCES EN DIFFAMATION

DIONCOUNDA TRAORE RECLAME 20 millions de FCFA à L’Inter de Bamako

Suite à un article paru dans le N° 055 du lundi 20 février de L’Inter de Bamako, intitulé : « Banque Malienne de L’habitat, les barons de l’ADEMA, seuls fossoyeurs de la BHM », le président du parti de l’abeille, Dioncounda Traoré, a assigné notre confrère en justice. Dans la citation du 7 février, remise à la directrice du journal, Amy Sanogo, le N°1 de l’ADEMA, au lieu d’une somme symbolique, réclame à L’Inter de Bamako la bagatelle de 20 millions de nos francs. En effet, il se dit diffamé dans cet article qui énumère les barons ADEMA, fossoyeurs de la BHM. Au nombre de ceux-ci, le nom de Dioncounda Traoré apparaît en tête. Il est suivi de Soumeylou Boubèye Maiga, Mme Ali Nouhoum Diallo, Marimanthia Diarra, El Madani Diallo…
Très remonté contre cet article, puisqu’il soutient, haut et fort, qu’il n’a jamais eu un compte dans cette banque, Dioncounda n’a pas hésité à saisir la justice.
Précisons que dans le numéro suivant, notre confrère a démenti l’information en présentant des excuses aux intéressés. De plus, la directrice Amy Sanogo a envoyé une multitude d’émissaires auprès de Dioncounda Traoré afin qu’il retire sa plainte. En vain. Seulement voilà : la procédure sera annulée ce mercredi si le patron de l’ADEMA ne se résout pas à payer la consignation, soit cent mille francs FCFA.

Rassemblés par Chahana TAKIOU

05 avril 2006.