Partager

Lâché par le président ATT pour avoir dénoncé dans son rapport de 2006 la gestion calamiteuse de ses hommes de confiance, dépouillé par le Premier ministre du système sécuritaire qu’il comptait mettre en place et vilipendé par les bandits à col blanc à travers la presse, on veut pousser le Vérificateur général, Sidi Sosso Diarra, à rendre le tablier. A moins que l’opinion nationale ne se dresse comme un seul homme pour barrer la route aux médiocres qui ont pris d’assaut les rouages de notre administration dans le seul but de s’enrichir. Sinon, les caisses de l’Etat ne verront jamais la couleur de l’argent détourné.

Séduit par le nom et le montant faramineux de son financement, le président Amadou Toumani Touré importe du Canada le Bureau du Vérificateur général. C’était dans l’euphorie de son élection de 2002 où le peuple était obnubilé par des déclarations à l’emporte- pièce. Malgré l’existence des nombreuses structures de contrôle dans notre pays dont beaucoup ont fait leur preuve dans la traque des délinquants financiers, la nouvelle avait été bien accueillie. Surtout que le peuple avait soif de connaître le degré de gâchis financiers des dix ans du président Konaré.

On pensait que le Bureau du Vérificateur allait être la touche que ATT comptait imprimer à la lutte contre la corruption. Mais avec les deux rapports du Vérificateur général, on s’en rend compte que le président n’est jamais disposé à lutter contre la corruption. D’ailleurs ce que les Maliens ignoraient, se dévoile au fil du temps. Si le général président est parvenu par des nominations à des postes ministériels à tenir les hommes politiques dont nombre d’entre eux ont des dossiers sales, tel n’a pas été le cas des rapports du Vérificateur général. Ils ont mis à nu le caractère gangstérisme de la gestion des fonds publics par les hommes de main du président de la République.

Raison pour laquelle, le rapport de 2006 a été accueilli par des moues dans l’entourage du Chef de l’Etat. Et depuis un certain temps, on tente de faire croire aux Maliens que le rapport du Vérificateur ne repose sur aucune pièce justificative. Les apprentis sorciers du régime ne ménagent actuellement aucun effort pour mener à bien cette sale besogne. Et c’est par la presse qu’ils distillent des campagnes de désinformation et d’intoxication de l’opinion.

Mais nous pensons que le peuple malien est suffisamment mûr pour résister à de telles diatribes.
Le rapport quelque soit son insuffisance démontre que la corruption est belle et bien là et qu’on ne fait rien pour l’éradiquer. Aussi ce qu’on ne pourrait- on jamais nier même si on est de mauvaise foi, ce sont les structures du Mali qui sont concernées et non celles d’un autre pays.

Cette campagne diabolique est pilotée depuis les hauteurs du mont Manding. Le maître des céans n’aurait pas apprécié qu’on dévoile sur la place publique les ravages financiers de ses amis. C’est pourquoi il a lâché le Vérificateur qui subit les foudres de son entourage.

Il fait l’objet de tentatives d’intimidations (agressions verbales, menaces de mort à travers les coups de fil) depuis la publication de son rapport. Il ne s’en est pas caché au cours de sa conférence de presse. Il a déclaré qu’il les subit, mais que cela n’entamera en rien son moral.

Si ATT et les autres se chargent du lynchage médiatique, le Premier ministre, Modibo Sidibé, un des piliers du régime des généraux, se serait occupé du côté sécurité. Le Vérificateur, en homme averti, savait que la publication de son deuxième rapport qui révèle un manque à gagner de plus de 103 milliards du fait de la corruption, dérangerait le pouvoir. Pour pallier à toute éventualité, il aurait souhaité le renforcement de son dispositif sécuritaire. Ainsi, le Vérificateur aurait jeté son dévolu sur des jeunes bien formés au métier de la protection des hautes personnalités.

La demande arrive au ministère de la Sécurité et de la Protection civile. Selon nos sources, au moment où le ministre de la Sécurité s’apprêterait à signer la décision, coup de théâtre. Un décret tombe. Il s’agit du décret no 07- 310 / P- RM du 5 septembre 2007 portant réglementation de l’escorte et de la protection des hautes personnalités. Ce décret réduit le nombre d’agents de protection des hautes personnalités du pays dont le Vérificateur.

L’article 14 du chapitre de la protection des hautes personnalités est très clair. Les présidents des Institutions, les Gouverneurs de région, du District, le Médiateur de la République et le Vérificateur bénéficient d’une mission d’accompagnement de sécurité générale. Il leur est affecté un agent de protection.
A l’époque des faits, Modibo était le Secrétaire général de la Présidence.

Nos sources nous indiquent que Modibo Sidibé est le concepteur du décret. Parce qu’il préparait son arrivée à la primature. Et il aurait profité de son influence auprès du président pour l’adoption d’un nouveau décret. Beaucoup pensent son règne à la primature fera part belle à la police dont il est un élément. On ne peut pas dire que les tenants de cette thèse ont totalement tort. Mais au Bureau du Vérificateur, on sent la présence de la police. Face à ce rouleau compresseur, le Vérificateur ne tient que par la fibre patriotique.

Aveu d’impuissance de ATT

Malgré l’aveu d’impuissance du président ATT à la rentrée solennelle des cours et tribunaux à lutter efficacement contre la délinquance financière, le peuple malien n’est pas dupe. Il est déjà aguerri aux discours à l’allure populiste Il rentrera un jour en possession de ses sous volés et logés dans des paradis fiscaux. Les exemples ne manquent pas de par le monde.

Quand un président de la République dénonce des pratiques qui sapent le fondement de son pouvoir en même que le peuple, cela relève de la félonie. Un chef agit pour donner confiance à son peuple. Mais s’il se contente des petites causeries des grins, le boulevard est ouvert à toutes sortes de dérives.

A travers son discours, il veut faire croire aux Maliens que la justice ne fait pas son travail ou au nom de la séparation des pouvoirs, il doit se mettre à l’écart. Ça c’est de la poudre aux yeux.
A quoi sert alors le rôle de premier magistrat ?

Yoro SOW

10 Décembre 2007.