Partager

Destinées à préserver les devises de l’Algérie, les restrictions croissantes aux importations nuisent paradoxalement aux sociétés locales, s’alarment experts et chefs d’entreprise qui craignent fermetures d’usines et pertes d’emploi. La dégringolade, depuis 2014, des prix du pétrole qui fournit à l’Algérie 95% de ses devises, a creusé le déficit commercial. Elle a également fait fondre ses réserves de change, amassées au temps du baril à 100$ et passées de 195 milliards de dollars en mars 2014 à 108 milliards en juin dernier. Pour tenter de stopper l’hémorragie, le gouvernement a instauré des quotas d’importation de certains produits et imposé l’obtention d’une licence fixant la quantité que l’importateur est autorisé à faire entrer dans l’année. En 2016, étaient seuls concernés les véhicules, le ciment et les ronds à béton. Ces premières restrictions avaient permis de faire baisser de cinq milliards de dollars la facture des importations, ramenée à 46,7 mds contre 51,7 mds en 2015. Mais depuis le début 2017, la liste des marchandises soumises à licence n’a cessé de s’allonger et comprend désormais une trentaine de produits agricoles, agro-alimentaires ou industriels. Un inventaire à la Prévert où se côtoient notamment bois, céramique, viandes bovines, fromages, citrons frais, pommes, bananes, orge, ail, double concentré de tomates, réfrigérateurs, machines à laver, téléviseurs, téléphones mobiles, cosmétiques ou aliments pour bétail. En juillet, l’importation de 24 nouveaux produits – dont sauces et soupes industrielles, robinets, barres chocolatées, pâtes, jus de fruits et eaux minérales, briques et tuiles ou produits finis en plastique – a été interdite en attendant l’octroi de licences. « Le gouvernement entendait réduire de 10 milliards de dollars la facture des importations pour 2017. Or, cet objectif est loin de se concrétiser, selon les dernières statistiques douanières », explique l’économiste Mouloud Hedir, soulignant que cette liste, qui évolue « de jour en jour », manque de clarté pour les entreprises.AFP