Partager


Les Aigles dames ambitionnaient d’atteindre le second tour de la 6e Can féminine. Mais, elles étaient physiquement et tactiquement, voire psychologiquement désarmées pour atteindre cette ambition.

Mathématiquement, les Aigles dames sont éliminées de la 6e Can féminine qui se dispute en Guinée-Equatoriale (15-29 novembre 2008) après leur seconde défaite contre le Cameroun (1-2) le 18 novembre 2008.

Mais, elles ne sont plus maîtresses de leur destin car même un nul entre le Cameroun et le Congo lors de la dernière journée de la poule A élimine les Maliennes qui doivent affronter les Equato-Guinéennes lors de leur dernière sortie. Les carottes sont donc cuites pour les protégées d’Aly Diakité.

Ce qui est sûr, c’est qu’elles vont nourrir beaucoup de regrets après cette rencontre contre le Cameroun. A leur décharge, un but refusé sur un hors-jeu imaginaire et un penalty miraculeusement ignoré par la juge centrale. Mais, c’est une équipe malienne assez pâle que nous avons vue contre le Cameroun. Difficile de reconnaître ces joueuses qui jouent à la grande vedette dans les rues de Bamako à l’image de Rokiatou Samaké dite Rose incapable de faire une passe ou un tir précis.

Dans l’ensemble, les joueuses maliennes étaient méconnaissables dans cette rencontre. Les Camerounaises dominaient aussi bien sur le plan tactique que dans l’engagement même pour la victoire. En témoigne ce 2e but de 30 m marqué dans les arrêts de jeu. C’est dire que, mentalement, les adversaires des Maliennes étaient aussi les plus fortes.

Les Aigles dames ont souffert d’un mauvais coaching. On ne voit pas clairement ce qu’elles ont appris avec leur coach en près de 3 mois de préparation. Avec un jeu désordonné, les Maliennes ont joué sans aucun schéma tactique clair. Ce qui a créée une rupture totale entre les différentes lignes de jeu.

Les Aigles dames ont passé tout le temps à courir derrière la balle. Ce qui fait que, malgré leur talent, elles ont piétiné, incapables d’aligner deux passes successives. Nos joueuses ont montré des lacunes même dans de simples rentrées de touche. Heureusement que l’arbitre était assez mauvais pour le constater.

Mais, là où le bât blesse, ce que les Aigles dames étaient aussi en manque de condition physique. Elles ont perdu presque tous leurs duels contre les Camerounaises. Et pourtant, comme nous le disions plus haut, elles ont préparé cette compétition pendant au moins 3 mois.

Le football féminin ne cesse de prendre de l’importance sur le continent et dans le monde. Il est temps que la Fédération malienne lui accorde aussi cette importance qu’elle mérite en confiant surtout l’équipe nationale à des techniciens assez expérimentés.

Après quatre participations (2002, 2004, 2006 et 2008) à la Can, le Mali ne peut plus se contenter de faire de la figuration. Surtout que le ministère de la Jeunesse et des Sports met assez d’argent dans la préparation et à la participation de nos équipes nationales à ces différentes phases finales de Can.


Vieux Georges

20 Novembre 2008