Partager

Les 2000 jeunes qui étaient engagés dans le volontariat dans les services publics et parapublics en mai 2005 via l’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (APEJ). souhaitent intégrer les structures étatiques ou évoluer vers l’auto emploi avec l’aide du gouvernement.

Cette information a été relayée lors d’une conférence de presse tenue le samedi dernier au Centre Djoliba. Elle était animée par la commission Ad hoc pour l’insertion des jeunes volontaires de l’APEJ. Cette commission est composée du CNJ, de l’ADIDE et de l’association des jeunes volontaires de l’APEJ.

L’HISTORIQUE DU VOLONTARIAT DE L’APEJ

Mamadou Djonssan président de l’association des jeunes volontaires de l’APEJ, dans son intervention, a fait un rappel du volontariat de l’APEJ. Selon lui, le 10 mai 2005, le président de la République Amadou Toumani Touré a officiellement lancé le volontariat de l’APEJ. La durée du volontariat dans les textes en vigueur était d’un an.

C’est à partir de cette date que les 2000 jeunes ont commencé à servir. Au terme du contrat, l’Etat a décidé de prolonger de renouveler le contrat compte tenu du travail de qualité fait par les jeunes. Il y a eu un troisième renouvellement dont la durée contrairement aux deux autres est de 7 mois.

De ce fait, compte tenu de ces deux renouvellements, les 2000 jeunes volontaires demandent à l’Etat une intégration des structures étatiques ou une aide de l’Etat pour l’auto emploi. Le dit contrat de 7 mois arrive à échéance le mois de juin prochain.

Avant le remaniement du gouvernement, le ministre en charge de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, et le Premier ministre faisaient croire aux jeunes volontaires qu’ils allaient trouver une solution.

Avec le remaniement du gouvernement au mois d’octobre dernier qui a porté Modibo Sidibé à la Primature, l’espoir des volontaires fut brusquement anéanti, puisque le Premier ministre a affirmé que le contrat ne serait plus renouvelé.

Les jeunes, face à cette situation, ont entamé des démarches auprès de certaines institutions de la République pour que l’Etat accorde une attention particulière à leur demande.

Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

28 mars 2008.