Partager

Les travailleurs chinois enlevés au Cameroun par les islamistes nigérians de Boko Haram ont probablement été « conduits au Nigeria », nous a indiqué dimanche une source policière camerounaise. Selon des sources concordantes, des islamistes de Boko Haram ont attaqué dans la nuit de vendredi à samedi le site d’une entreprise de construction chinoise dans l’extrême-nord du Cameroun, et ont kidnappé dix travailleurs chinois. Un militaire a été tué lorsque l’armée camerounaise a riposté, selon une source policière de la région. L’attaque s’est produite juste avant un sommet à Paris, à l’issue duquel cinq chefs d’État africains ont adopté samedi, avec le soutien des Occidentaux, un plan de « guerre » contre le groupe armé Boko Haram, qualifié de « menace majeure » pour la stabilité de la région. Le plan adopté lors de ce sommet de Paris prévoit notamment une « mise en commun des services de renseignement » et des « patrouilles coordonnées, ce qui n’était pas le cas, entre les pays limitrophes (du Nigeria) », a détaillé le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.La France s’est dite prête à aider la Chine à retrouver ses ressortissants, a assuré dimanche à Pékin Laurent Fabius. AFP.