Partager

cocu.jpg

La déperdition morale que tous déplorent n’est pas l’apanage des seules villes.
Dans les campagnes aussi, les scandales de mœurs se multiplient et ce qu’on désigne sous le vocable de « histoires de femme » est devenu un phénomène tellement courant qu’il n’émeut guère plus la population.

La zone de Koutiala présente une particularité peu enviable : les affaires dont nous parlons enregistrent leur plus grande profusion après chaque période de vente de coton.

Il suffit de se rendre à ce moment dans les locaux de la justice ou de la police de la localité pour se rendre compte des dimensions peu communes qu’ont atteint les cas polémiques.

A la base de ceux-ci se trouvent pratiquement toujours les mêmes raisons. X a détourné la fille d’une famille honorablement connue. Ou alors la demoiselle Y a refusé de se fiancer avec le dénommé Z alors que la dot réclamée a été intégralement payée.

Cependant si les raisons de base des scandales sont relativement simples à élucider, les affaires se compliquent tellement en cours de route qu’il est bien souvent difficile de faire la part des torts des uns et des autres.

C’est un peu ce qui arrive dans l’histoire proposée aujourd’hui et qui s’est déroulée à Foukan, un village situé dans la commune rurale de Zebala.

Issa Dembelé, 33 ans et paysan de son état, est marié à Adiarra Dembelé, ménagère. Au bout de quelques années de vie conjugale, le couple a eu deux enfants.

Tout paraissait sans nuages dans ce foyer ordinaire lorsque tout d’un coup Adiarra se mit à s’absenter du domicile conjugal de plus en plus fréquemment, en avançant des raisons plus ou moins fumeuses.

Ces disparitions à l’impromptu se multiplièrent à un tel point que le mari finit par arriver à la conclusion que son épouse lui était infidèle.

Ses recoupements lui permirent d’identifier comme auteur de son infortune un certain Sinaly Dembelé âgé de 28 ans et vendeur de profession dans le même village.

Issa avait remarqué que les demandes d’absence de sa femme coïncidaient avec les moments où son « concurrent » était lui également absent de Foukan.

Issa soupçonna les deux tourtereaux de se donner tranquillement rendez-vous dans un lieu à l’écart du village.

Le 6 mars dernier, Adiarra demanda à son mari la permission de se rendre à un mariage qui se déroulait dans le village voisin.

Issa la laissa partir, puis il prit son vélo et se mit sur les traces de sa femme. Malheureusement pour lui, ses soupçons furent confirmés.

L’époux malheureux surprit sa femme en pleins ébats dans la brousse avec son amant. Issa ne put supporter cette scène affreuse.

Il se jeta comme un tigre sur son « concurrent » tandis que son épouse prenait le large à toutes jambes. Emporté par une rage aveugle, le cocu battit à mort l’amant avant de l’abandonner sur place dans un état pitoyable.

Ruminant encore son humiliation, Issa s’en alla dire aux parents de Sinaly d’aller chercher en brousse leur enfant coupable de l’avoir fait cocu.

Il précisa qu’il avait administré une correction exemplaire à Sinaly avant de l’abandonner. Les parents furent choqués du traitement infligé à leur enfant.

Mais comment prendre la défense de quelqu’un qui s’était approprié de la femme d’autrui ? La famille ravala donc son humiliation, partit récupérer le jeune homme qu’elle préféra soigner à domicile pour lui éviter la peine de croiser le regard des autres. Mais deux jours plus tard Sinaly succomba.

Lorsqu’il apprit la mort de son « rival« , Issa choisit de disparaître dans la nature. Quelques jours après, il réapparut chez un de ses oncles habitant de la commune de Konina.

Un peu plus tard (d’après ce que les enquêteurs ont reconstitué), le meurtrier s’est rendu au Burkina Faso où il a résidé une semaine.

Pendant ce temps la brigade de gendarmerie de Koutiala avait été saisie du dossier. Le major Attaher Touré et ses hommes ont lancé un mandat d’arrêt contre Issa Dembélé.

Ce dernier ne pouvait pas se dissimuler aussi longtemps que l’aurait fait un criminel endurci. Quelque temps plus tard, tenaillé par la nostalgie, il revint rendre visite à ses parents au village.

Malheureusement pour lui, la gendarmerie ne l’avait pas oublié et Issa est tombé dans les filets des pandores au marché de Koury (cercle de Yorosso).

Il fut conduit directement à la brigade de gendarmerie de Koutiala où il a immédiatement reconnu les faits. En attendant le verdict du tribunal, le meurtrier séjourne à la prison centrale de Koutiala.


Outanga Dembélé

07 avril 2008.