Partager

Rencontre à Kigali mardi dernier entre les ministres rwandais et congolais de la Justice. Une réunion qui a porté sur le dossier « Laurent Nkunda ». Le général rebelle congolais, arrêté au Rwanda le 22 janvier dernier, est toujours en résidence surveillée à Gyseni, ville frontalière. Le gouvernement de Kinshasa a réclamé son extradition pour le juger mais Kigali refuse, arguant qu’il n’est pas possible de livrer un suspect dans un pays où la peine de mort est en vigueur. En fait, depuis près de quatre mois, l’affaire Nkunda continue d’embarrasser les deux capitales. A Kigali l’arrestation du général rebelle a suscité des remous dans la communauté tutsie. Des cadres militaires et civils rwandais n’ont pas caché leur désapprobation. La communauté tutsie qui vit des deux côtés de la frontière maintient des liens très étroits. Conséquences : Paul Kagamé prendrait de gros risques en livrant Nkunda. Pour les autorités congolaises le dossier comporte également des risques. Dans les rangs du CNDP, l’ex-mouvement rebelle en processus d’intégration dans l’armée, le général Nkunda garde de nombreux fidèles. Du coup, la formule d’un exil de Nkunda dans un pays « neutre » pourrait arranger les deux parties. (Rfi)