Partager

A l’annonce de la nouvelle, les mots qui reviennent couramment dans les messages de condoléances sont : «une grande perte pour l’église du Mali et de l’Afrique», «il fut un père spirituel», «notre consolation est qu’il est avec son Seigneur». Toutes choses qui démontrent combien le Révérend Kassoum Kéïta a marqué de son empreinte la vie de l’église du Mali et au delà.

Né en 1937 à Torosso dans le cercle de Yorosso, cet autodidacte a reçu sa formation pastorale en 1959 à N’Torosso dans le cercle de San. Cela ne marque pas pour autant le début de sa carrière pastorale ; car en 1961, il est appelé sous les drapeaux. Le militaire qu’il était n’a jamais perdu de vue qu’il était ouvrier du Seigneur partout où il passait : auprès des communautés chrétiennes de Tombouctou, Tessalit, Ségou et Bamako.

Libéré de ses obligations militaires, Kassoum Kéïta fut ordonné pasteur en 1966. Son premier poste fut l’église centrale de Bamako-Coura.
Concomitamment avec sa charge pastorale, «Baba», comme tout le monde l’appelait si affectueusement, présida aux destinées de l’Eglise Evangélique Protestante au Mali (EEPM).

LA BIBLE affirme ceci dans les Actes des Apôtres 20.28 à l’attention des serviteurs de Dieu : «Prenez donc garde à vous-même et à tout le troupeau au sein duquel le Saint Esprit vous a établi évêque pour faire paître l’Eglise de Dieu qu’il s’est acquise par son propre sang».

C’est fort de cela que de 1964 à 2002, le Révérend Kassoum Kéïta occupa les postes de Délégué Général Adjoint puis de Délégué Général de l’Association des Groupements d’Eglises et Missions Protestantes Evangéliques au Mali (AGEMPEM).

Diriger la communauté protestante dans toute sa diversité et faire prévaloir le langage de l’unité de combat en Christ n’était pas choses aisée. Et pourtant le Révérend Kassoum Kéïta a brillamment relevé ce défi.

C’est lui qui donnera ses lettres de noblesse à cette organisation faîtière de la grande famille protestante au Mali, en prônant un dialogue de tout temps entre les différentes confessions religieuses d’un état laïc et en appelant les autorités à leur devoir chaque fois que l’occasion se présentait.

«Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu», dit LA BIBLE (Evangile selon Matthieu 5.9). S’inspirant de ce texte, le Révérend Docteur Kassoum Kéïta, en compagnie de ses pairs de l’Association Malienne pour l’Unité et le Progrès de l’Islam (AMUPI) et de l’Eglise Catholique, jouera un rôle important dans la résolution de crises qui menaçaient la stabilité de la nation : crises politiques, crises sociales, crises scolaires.

En bon chef religieux, il ne s’est jamais lassé d’intercéder auprès de son Dieu pour un Mali stable et prospère. Il s’est aussi impliqué dans la résolution de conflits qui ont secoué des Etats africains comme le Rwanda et la République Démocratique du Congo.

Avec son expérience en matière de leadership chrétien, le Révérend Docteur Kassoum Kéïta fut appelé à occuper le poste de Président de l’Association des Evangéliques d’Afrique (AEA) de 1993 à 2000. De 1976 à 2004, il fut Directeur de Campus Pour Christ International pour la zone Afrique francophone.

Le Révérend Kassoum Kéïta, très porté sur la lecture, la recherche et la formation, fut fait Docteur Honoris Causa (Doctor of ministry) de Briercrest Biblical Seminary aux Etats-Unis le 2 janvier 1994.

Cet homme que l’Eglise du Mali toute entière pleure aujourd’hui fut un puissant instrument du Seigneur pour l’épanouissement de la communauté protestante du Mali. Doué d’un grand sens de l’organisation et grand visionnaire, le Révérend Docteur Kassoum Kéïta fera de son credo la formation des serviteurs du Christ au Mali et ailleurs.

Beaucoup reconnaissent en lui un père spirituel ; cet homme qui ne se lassait pas d’encourager les jeunes face à la colossale mission d’évangélisation de tous les peuples et d’affermissement du peuple de Dieu.

Toujours au service de son Dieu, le Docteur Kassoum Kéïta contribua grandement à l’intervention et l’installation de certaines ONG comme World Vision au Mali et dans la sous région.

Face à sa disparition, le Professeur Daniel COULIBALY, Délégué Général actuel de l’AGEMPEM s’exprima en ces termes : «Plus que quiconque, il a œuvré pour la consolidation de l’unité et la collaboration des églises à travers l’AGEMPEM, … A nous de continuer l’œuvre qu’il laisse entre nos mains. Il a fait une œuvre extraordinaire d’évangélisation et de formation des leaders au Mali et en Afrique...».

Certes son départ laisse à la communauté protestante du Mali de grands défis à relever : la consolidation des acquis, la prospérité de l’église, la persévérance dans la proclamation de l’Evangile de Christ, le renforcement de la collaboration entre confessions religieuses, la contribution à la résolution des défis de la nation, etc.

La mort, quelles que soient les circonstances, demeure une épreuve douloureuse et amère. Pour ceux qui sont en Christ, elle est espérance et assurance, pour une vie nouvelle et éternelle avec Dieu. Et nous pouvons nous écrier «O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ?» LA BIBLE, 1 Corinthiens 15.55.

Les obsèques de ce serviteur du Très Haut auront lieu ce jeudi 23 février 2006 à partir de 15 heures au Stade Mamadou Konaté.

Daouda Coulibaly / Pierre Zonou

Radio ESPOIR

23 février 2006.