Partager

Dans les jours à venir, sera connue la date des législatives. Après la campagne pour la présidentielle, les vrais enjeux sont à ce niveau. Housseini Amion Guindo, le candidat malheureux à la présidentielle, a là l’occasion de se consolider.

Poulo et la Codem connaissent une progression constante sur le terrain. Le parti qui s’est imposé comme une formation politique de proximité, a de vrais défis à relever avec les législatives. A la présidentielle, « Poulo » a obtenu 4,63% des voix au premier tour. Un score qui est très loin d’être ridicule aux côtés de vieux briscards de la politique qu’il a battu à plate-couture.

Il y a eu erreur de casting au second tour. Tout dans le parcours de ce jeune parti devait l’amener au moins à appeler ses ouailles à la neutralité. Cependant, ne l’ayant pas fait, les législatives lui donnent l’occasion de retourner voir les militants et surtout de battre la remobilisation.

La Codem avait réussi un coup de géni contre Moussa Mara en Commune IV. Mais, il est évident que cette circonscription reste un bastion imprenable pour plusieurs raisons.

Poulo a les moyens de se consolider. La Codem possède de vrais fiefs et la survie du parti est liée à sa capacité à avoir le plus de députés. Pour la constitution du premier gouvernement d’IBK, la Codem est a absente, mais, qu’elle soit prise en compte ou pas fera fonction de son apport.

Les législatives seront donc une occasion pour Poulo de jouer à quitte ou double : il fait un bon score et s’affirme désormais comme un « partenaire » incontournable du RPM, ou, dans le cas contraire, devrait se reconvertir ou changer de stratégie.

L’homme est courageux et l’a prouvé en allant se battre à la base. Les jours à venir seront déterminants pour le parti et pour l’homme.

Alexis Kalambry

17 Septembre 2013