Partager

Les noms des différents candidats aux élections législatives dont le 1er tour est fixé au 24 novembre sont connus hier avec la proclamation des listes provisoires par la Cour constitutionnelle.

Les 9 sages de la Cour constitutionnelle ont donné hier la liste provisoire des candidats aux élections législatives du 24 novembre. Ainsi, elles seront au total 417 listes de candidatures pour briguer les 147 sièges de l’Assemblée nationale.

Et comme on s’ attendait, des listes (10) ont été invalidées dont celle sur laquelle figurait Mme Ascofaré Oulematou Tamboura dans la circonscription de Ténénkou. Visiblement, dans cette localité, le Rassemblement pour le Mali (RPM) n’a pas voulu composer avec cette l’ex-ministre, deux fois élue député à l’Assemblée nationale.

A Tenenkou, le RPM ira en alliance avec l’URD. Ses candidats sont Abderhamane Niang et Amadou Cissé. Les autres listes invalidées sont : en commune V, la liste RTD ; en CIV la liste du parti Mali convergence des initiatives pour le changement (MCIC), en Commune VI les listes du Parti pour l’action civique et patriotique (PACP) et du MCIC.

A Yorosso la liste CDS a été invalidée. En Commune I, la liste des indépendants Kalifa Coulibaly et Salimata Nassoko a été invalidée. A Banamba, les Sages ont invalidé la liste Asma-CFP-ADP-Maliba. En Commune IV, c’est encore la liste MCIC qui est rejetée par la Cour.A Nioro une autre liste du regroupement Asma-CFP-ADP-Maliba et celle des indépendants Kouraï sont jugées irrecevables par la Cour.

En ce qui concerne l’invalidation des lites RTD, PACP, CDS, la liste des indépendants en C I, la liste Asma-CFP-ADP-Maliba à Banamba, la Cour motive son rejet par le fait que les candidats ne se sont pas acquittés des frais de participation à l‘élection des députés fixé 50 000 F CFA. En outre, la Cour a relevé que, pour la liste CDS de Yorosso, la déclaration de candidature dans la circonscription électorale des candidats CDS n’a pas été légalisée par l’autorité administrative.

Sur le rejet des listes (MCIC), la Cour a relevé diverses irrégularités dans les déclarations des candidats, entre autres, défaut de signature de deux candidats, non légalisation des signatures des candidats par l’autorité administrative et le non paiement des frais de participation à l’élection par les candidats et pis, le MCIC est inexistant dans le répertoire des partis politiques.

Les principaux candidats ont un délai de 24 h pour faire les réclamations.

Denis Koné

Kadiatou Mouyi Doumbia (statgiaire)

27 Octobre 2013