Partager

Près de 48 heures après le 1er tour des élections législa­tives, les Maliens atten­dent encore les premiers résultats sortis des urnes. Depuis la fin des opéra­tions électorales, les élec­teurs maliens qui se sont fait désirer tout au long de la journée électorale ont pris d’assaut les bureaux de vote dès leur fermeture et les différents centres de centralisation des résul­tats. Ces derniers tiennent coûte que coûte à connaître les premières tendances sorties des urnes et surtout le score réalisé par les grosses pointures de la politique malienne.

Au fil des heures, ils se sont rendu compte que leur faible taux de partici­pation à ce scrutin a une fois de plus faussé le jeu électoral. Le scrutin du 1er juillet dernier n’a pas en effet drainé grand monde. Et le peu d’électeurs qui ont voté ont vu leurs voix éclatées entre les 1400 candidats en course pour les 147 postes de députés à pourvoir à l’Hémicycle. Cette situation a eu pour conséquence de contraindre beaucoup de grosses pointures au deuxième tour dans leurs fiefs électoraux.

C’est par exemple le cas dans le district de Bamako où un deuxième tour est prévu dans toutes les six communes. Ainsi, en commune IV, le prési­dent sortant de l’Assemblée nationale du Mali et non moins prési­dent du RPM et candidat malheureux à la présiden­tielle du 29 avril dernier, Ibrahim Boubacar Kéïta, a recueilli 31,14% des voix. Un score qui n’est pas suf­fisant pour passer dès le 1er tour comme en 2002. Cette année, il est talonné par une liste de candida­ture indépendante dirigée par Moussa Mara qui a obtenu à l’issue du scrutin 30,70% des expressions de vote.

C’est la première gran­de surprise de ce scrutin si on sait que lors de la pré­sidentielle IBK était par­venu à battre l’actuel Président de la République, Amadou Toumani Touré, en com­mune IV considérée comme un bastion impre­nable du RPM.

En commune V, la liste CNID-Adéma-URD qui était donnée largement favorite avant le scrutin du 1er juillet dernier a été accrochée par des petits partis qui se sont coalisés, la liste PDR-MPR. A l’is­sue du scrutin, la liste CNID-Adéma-URD arrive en tête avec seulement 6645 voix soit 39,65% contre 37,11% pour la liste PDR-MPR. Il faut donc un deuxième tour pour départager ces deux listes.

S’agissant de la com­mune III, le PCR, un parti né il y a moins de trois ans, dame le pion au puis­sant RPM. Le PCR arrive en effet en tête avec 15,14% contre 14,78% pour le RPM.

Dans la circonscription de la commune I par contre, les grands partis confirment leur suprématie. En effet, les résultats sortis des urnes donnent la deuxième position à la liste Adéma-CNID avec 413 voix soit 17,75%. Quant à la première place, elle revient à la liste PCR-USRDA avec 19,03% soit 3731 voix.

La victoire de la liste PCR-USRDA est d’autant plus surprenante qu’elle marque le net recul du RPM sur l’échiquier poli­tique national. Lors de ce scrutin, le parti du Tisserand qui régnait dans cette commune a été rétrogradé jusqu’à la troi­sième place. Il est aujour­d’hui contraint d’arbitrer entre la liste Adéma-CNID et la liste PCR-USRDA avec ses 15,28%.

En commune VI aussi, le RPM tombe au profit de la liste Adéma-UDD et la liste URD. Il en est de même en commune II où la liste CNID-MPR-URD mène le peloton avec la liste PCR-USRDA.

Ce sont les mêmes ten­dances qui se confirment d’ailleurs dans toutes les régions du Mali. En effet, aucun leader politique n’est parvenu à se faire élire dès le 1er tour. A Nara, le tout puissant pré­sident de l’ADP, Dioncounda Traoré se trouve en ballottage très défavorable.

A Ségou, Me Mountaga Tall, président du CNID se trouve aussi en difficulté face à la liste RPM-Sadi qui arrive lar­gement en tête. A Kolondiéba, le président du SADI, Dr Oumar Mariko est obligé d’at­tendre le deuxième tour pour être fixé sur son sort.

Dans la capitale des Askias, Gao, l’un des dinosaures de la vie politique malienne et non moins 2ème vice-président de l’Assemblée nationale et inamovible député depuis la Ile République, Assarid Inbarcawane serait en dif­ficulté.

A Niafunké, par contre le président de l’URD, Younoussi Touré, a, semble t-il, réalisé un score honorable.

C’est le cas aussi de Me Hamidou Diabaté et de Konimba Sidibé tous deux responsables du Parena qui ont réalisé des scores respectables dans leurs localités respectives, c’est-à-dire à Kita et à Dioila.

D’autres surprises sont attendues dans les jours à venir. Mais, pour le moment, on peut simple­ment retenir que les jeux sont loin d’être faits.


Birama Fall

03 juillet 2007.