Partager

Jamais des élections législatives ne seront aussi disputées entre les partis politiques et listes de candidats indépendants que celles de dimanche prochain. C’est pourquoi, pour espérer être présentées à l’Hémicycle la plupart des formations politiques ont noué des alliances.

Dimanche 24 novembre la population malienne est convoquée aux urnes pour élire ses députés. A la différence des élections législatives de 2002 et de 2007 celles de 2013 s’annoncent serrées entre les concurrents, surtout dans les grands centres urbains que sont Sikasso, Ségou, Koutiala, Kayes. Ces circonscriptions électorales disposent de 7 députés (Sikasso et Ségou), 6 pour Koutiala et 5 pour Kayes.

Dans ces circonscriptions électorales la plupart des formations politiques, même celles qui semblent avoir beaucoup de poids dans les précédentes législatures comme l’Adéma, l’URD, le Cnid, le RPM ont préféré sceller des alliances.

Toutefois, dans la circonscription de Sikasso, le Cnid et l’URD ont préféré chacun constituer une liste propre. Ces deux formations, certainement sûres de leur poids politique, auront affaire aux groupements politiques Adéma-Codem-Miria ; RPM-MPR-Fare/An ka wuli, Sadi-PRVM/Faso ko-CDS et Asma-CRP-APR-RPDM.

A Ségou, le duel semble se dessiner entre les groupements Adéma/PASJ-Cnid-RpDM ; l’URD-PDES-Codem-MPR-PIDS et RPM-Miria-Fare/An ka wuli. A Kayes, en dehors de l’Umam qui présente une liste propre, toutes les formations politiques sont parties en alliance. Idem pour la circonscription de Mopti. Dans la Venise malienne où ils seront 3 députés à être élus seul, Yéléma, le parti du ministre de l’Urbanisme et de la Politique de la ville, Moussa Mara, est en solo. Idem pour Gao où l’Umam aussi se présente seul sur liste propre.

A Gao également, le RPM est la seule formation politique à briguer sur liste propre les 3 sièges de députés. Kita avec ses 4 députés est également une circonscription convoitée par le RPM et l’UDD qui présentent chacun sa liste propre et affronte des regroupements redoutables à l’image de celui de l’Adéma-Parena.

Denis Koné

Les Echos du 20 Novembre 2013