Partager

Si tout va bien, c’est le samedi 2 novembre 2013 que débuteront les campagnes pour les législatives de 2013 au Mali. Plus de 400 listes sont en jeu pour les 147 sièges de l’Assemblée nationale. Une cinquantaine de partis politiques sont en compétition, parmi lesquels il y a les Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (Fare), ce parti qui a porté la candidature de Modibo Sidibé à la présidentielle de cette année. Ce nouveau parti veut confirmer sa performance de la présidentielle, afin de se hisser parmi les formations politiques qui comptent au Mali. Au moment où beaucoup de gens se demandent pourquoi Modibo Sidibé ne s’est pas présenté aux législatives.

Plusieurs Maliens pensaient qu’après son score honorable à Yanfolila, Modibo Sidibé allait se porter candidat aux législatives, mais aux Fare, les choses se passent autrement. Questions de logique, mais aussi d’objectifs à atteindre. Fare Anka Wuli présente à ces législatives une dizaine de listes propres et est en alliance sur environ une vingtaine avec différents partis politiques. Excepté les régions de Kidal et Tombouctou, le parti est en compétition sur l’ensemble du territoire national. En raison de la volonté des militants de conserver leur place, disons, la place que leur candidat Modibo Sidibé a obtenue lors de la dernière présidentielle. Et même faire mieux pour avoir une place de choix à l’Assemblée nationale.

La jeune formation politique a, pour ce faire, établi des listes propres au nombre d’une dizaine, comme à Macina, dans la région de Ségou, avec le président de la jeunesse du parti, Amadou Cissé ; en Commune IV avec Alfousseiny Kanté et Fatoumata Sanogo. On peut aussi citer la liste Fare Anka Wuli de Yanfolila, composée de Satigui Sidibé dit Dirani Satigui, qui est avec Bréhima Souleymane Diallo.

Parmi les listes constituées avec les autres partis politiques, on peut citer celle de Dioïla, composée de Mamadou Diarrassouba (Rpm), Yiri Keïta (Adéma), Bakary Fomba (Urd), Daouda Coulibaly (Fare) et Sékou Fantamady Traoré (Adéma). C’est dire que la bataille du Banico ne sera pas facile, d’autant que l’un des députés sortants, en l’occurrence Koniba Sidibé, a décidé d’aller sur sa propre liste Modec, comme pour dire que Dioïla est son fief.

Le président des Fare, Alou Keïta, est candidat dans le cercle de Kayes où il est sur la liste d’alliance Rpm et Fare. Un autre jeune dans la course au nom des Fare, est Bakary Woyo Doumbia, le premier président du Conseil national des jeunes du Mali. Il briguera les suffrages de ses compatriotes dans la circonscription électorale de Bougouni. L’enfant de Bana cheminera avec des partis politiques comme Cds, Urd. Dans la capitale, le District de Bamako, les Fare ont choisi comme allié le parti Yéléma du jeune ministre Moussa Mara, dans les communes II et VI.

Quid de Modibo Sidibé ?

Cette question a été au centre de plusieurs discussions et échanges. Le candidat des Fare à la présidentielle, qui a d’ailleurs coiffé au poteau plusieurs habitués de cette compétition en se classant 4ème, Modibo Sidibé, n’est pas candidat aux élections législatives. Pour une simple question de logique et de respect des décisions du parti. En effet, la candidature de Modibo Sidibé n’a jamais été posée sur la table du Bureau politique national des Fare. Mieux, lors de la préparation des législatives, surtout avant le report du scrutin du 7 juillet 2013, la présidentielle et les législatives devraient être couplées.

Ainsi, les Fare avaient déjà fait leurs listes en fonction de cette réalité. C’est dire que les candidats aux législatives étaient connus d’avance. La donne a changé mais les Fare n’ont pas voulu revenir sur des listes qui avaient été déjà établies.

Toutes choses qui sont confirmées par Oumar Keïta de la jeunesse Fare. Il déclare : «Nous n’avons jamais discuté de la candidature de Modibo Sidibé à Yanfolila. Des gens ont exprimé ce souhait, mais, il en a jamais été question, parce que nos candidats étaient connus avant le premier tour de la présidentielle du 7 juillet. On donc a gardé nos listes comme telles. Modibo Sidibé ne pouvait donc pas être candidat. Sinon, il n’aurait eu aucune peine à se faire élire dans la circonscription électorale de Yanfolila, où il a été classé premier lors de la présidentielle avec plus de 11000 voix».

Au demeurant, Modibo Sidibé reste très engagé avec les candidats des Fare aux législatives. À l’issue desquelles, le parti tiendra son premier congrès ordinaire, précisément en janvier 2014, pour faire le bilan des différents scrutins et planifier son schéma-directeur. Il s’agira de créer un nouveau pôle d’émergence politique au Mali, en essayant de réunir plusieurs sensibilités autour d’idées communes.

Kassim TRAORE

Le Reporter du 31 Octobre 2013.