Partager

Le parti du président Faure Gnassingbé, l’Union pour la République (Unir), a obtenu 62 des 91 sièges du Parlement togolais lors des élections législatives de jeudi, selon des résultats officiels provisoires rendus publics dimanche. Le parti d’opposition le mieux placé est le Collectif Sauvons le Togo (CST), avec 19 sièges, selon ces résultats provisoires diffusés par la Commission électorale sur la télévision officielle. Les résultats doivent encore être vérifiés par la Cour constitutionnelle. Le CST a dénoncé des irrégularités dans la tenue du scrutin, alors que les observateurs de l’Union africaine et de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont estimé que les élections se sont déroulées dans des conditions acceptables. L’Unir est particulièrement influent dans le nord du pays, son bastion historique. A l’inverse, CST le est plus fort dans le sud, et a obtenu sept des dix sièges en jeu dans la capitale Lomé. Le scrutin de jeudi était initialement prévu en octobre et a été maintes fois repoussé par des manifestations antigouvernementales.L’opposition avait tout d’abord menacé de boycotter le scrutin, mais elle a finalement accepté d’y participer après des négociations qui ont permis à ses membres d’être présents dans les bureaux de vote et leur ont garanti un financement public pour faire campagne. Les autorités avaient suspendu jeudi une radio liée à l’opposition, Radio Légende, pendant une partie de la journée, suite à la diffusion d’accusations de fraude contre le parti au pouvoir, déclenchant une manifestation spontanée de plusieurs centaines de personnes. L’instance publique de régulation des médias a estimé dans un communiqué que Radio Légende avait violé la loi en donnant la parole à un représentant de l’opposition le jour des élections. AFP.