Partager

En prélude à la campagne pour l’élection 2013 des députés à l’Assemblée nationale, l’Honorable El Hadj Baba Haïdara dit Sandy, élu à Tombouctou, a rencontré les ressortissants de sa circonscription pour dresser son bilan en tant que leur représentant à l’Assemblée nationale.

La rencontre a également été marquée par des témoignages prouvant qu’il a été un bon député. En effet, en tant que Président du Collectif des élus du nord (COLEN), l’Honorable Haïdara a été sur tous les fronts de lutte durant la crise, pour défendre les intérêts des régions du Nord, et en particulier ceux de Tombouctou. Il a notamment fait des interpellations de ministres concernant la situation au Nord et mené des débats pour expliquer les dangers qui pourraient advenir suite à celle-ci. Cet état de fait a été rappelé par plusieurs témoignages, notamment celui de l’Honorable Abdou Abdoulaye Sidibé, qui n’a pas manqué de souligner la rencontre avec les revenants de la Libye à Zakatt, durant laquelle ils ont bravé l’insécurité en dormant avec les rebelles dans les grottes et sur les dunes de sable.

Youssouf Diallo

– —

Mahamane Alidji Touré, porte-drapeau du RPM

En compétition avec six autres candidats pour les législatives, Mahamane Alidji Touré, le porte-drapeau du RPM, plus connu sous le sobriquet de «Malin», a la chance d’être suffisamment connu dans le cercle de Tombouctou pour ne pas dire dans toute la région et à travers le pays.

Beaucoup de choses militent en sa faveur. Au plan professionnel, comme enseignant émérite, il exerça ce métier du 15 octobre 1964 au 31 décembre 2005, dans plusieurs localités du pays, jouissant de l’estime de ses élèves et de la confiance de tous les responsables de l’Education.
Sur le plan politique, à la faveur d’une longue expérience, accumulée au fil des temps des premières heures de l’indépendance à ce jour, l’homme passe pour être un politicien chevronné (un vieux lion de la forêt), se trouvant en terrain connu. Intelligent, stratège et patient, il est doté d’une grande capacité de communication et d’écoute. Son éducation, son acceptation de la différence, sa sociabilité, achèvent de faire de lui un vrai rassembleur, un conducteur d’hommes.

Puisque c’est de suffrages dont il est question, il faut tout de suite préciser les atouts du candidat du RPM. Populaire et estimé dans tous les milieux (notables, jeunes, femmes…), il est incontestablement l’homme de la ville comme de la campagne, l’homme de toutes les ethnies qui composent le cercle de Tombouctou, pouvant bénéficier de leur confiance.
Ce qui le différencie de ses adversaires, c’est d’abord le fait qu’il soit le plus présent auprès des populations, ayant accepté de trimer avec elles aux moments les plus difficiles, avant et surtout au moment de l’occupation de la ville.
Membre du Comité de crise qui a servi d’interface entre les jihadistes et les populations, il est reconnu comme un homme de mérite, auquel il faut vouer estime, reconnaissance et encouragement.

Le fait qu’il soit porté par le parti du Chef de l’Etat montre qu’il fait partie de ses fondateurs et qu’il a su apporter la preuve de sa compétence et de sa constance. Tout comme son programme, celui du Président de la République, que tout le peuple pense qu’il faut accompagner.
Il est à croire que jouissant du savoir parler et du pouvoir parler du candidat du RPM, l’image de Tombouctou sera mieux vendue. «En bon Africain et homme de foi, je ne peux m’empêcher de dire ceci: s’il est vrai que l’homme ne suit qu’un seul chemin, celui de son destin, pourquoi un homme comme celui-ci qui n’a à aucun moment voulu être simple conseiller municipal, a fortiori député, se trouve d’une façon brusque sur le devant de la scène?». Seul Dieu le sait et connaît le choix idéal pour Tombouctou.

Yaya Samaké

– —

Hamoudi Sidi Ahmed, candidat d’ASMA – CFP: «Je pourrais passer dès le 1er tour»

Dans la circonscription électorale de Tombouctou, 7 candidats sont en lice. Celui de l’ASMA-CFP, Hamoudi Sidi Ahmed, a fort confiance en lui-même et soutient qu’il pourrait même l’emporter dès le 1er tour du scrutin. Arabe bon teint, il se considère aussi à la fois comme Sonrhaï et Tamasheq, parce qu’il est bien intégré toutes les communautés, avec lesquelles il entretient d’excellentes relations.

Né à Tombouctou, Hamoudi Sidi Ahmed est issu d’une grande famille maraboutique et d’opérateurs économiques d’Araouane. Exerçant depuis les années 1980 à Tombouctou, Gao, Mopti et Bamako dans l’import-export, Hamoudi Sidi Ahmed rassemble, rien qu’autour de son nom, toutes les grandes familles de notables, avec lesquelles des pactes d’alliance ont été signés depuis des lustres.
Il s’agit entre autres des familles Haïdara, Maïga, Touré. C’est dire donc que le candidat Hamoudi Sidi Ahmed compte sur ces familles, emblèmes du métissage de Tombouctou, pour remporter la bataille de l’Assemblée nationale. Président d’honneur du club de football de Tombouctou, le candidat de l’Alliance pour la Solidarité au Mali – Convergence des Forces Patriotiques, dispose d’une riche expérience de la vie associative.

Président de l’association d’amitié Mali-Tunisie, il est un homme de contacts et de relations, qui a occupé de nombreux postes de responsabilité: Vice-président de la CCIM, Vice-président du MCA, membre du Rotary Club Djoliba. De nos jours, il est actionnaire, administrateur ou Président du conseil d’administration de plusieurs sociétés mixtes et privées.

Les succès de cette expérience ont été partagés avec la jeunesse et les populations de ville sainte de Tombouctou. Hamoudi Sidi Ahmed espère donc réussir la mobilisation de cette jeunesse pour atteindre son objectif. Son slogan est «Pour un Mali fort, uni et prospère».

Hamoudi Sidi Ahmed a aussi à son actif plusieurs rencontres internationales, dans le cadre notamment des commissions mixtes de coopération. Il s’agit essentiellement des commissions mixtes Mali – Chine, Mali – Mauritanie, Mali – Guinée, Mali – Burkina Faso, Mali -Tunisie, Mali- Algérie, Mali – Inde, entre autres.

Yaya Samaké

22 Septembre du 31 Octobre 2013