Partager

Procurations en blanc, bourrage d’urnes, bulletins pré-votés, achat de conscience, tels sont entre autres irrégularités constatées par l’alliance Urd-Codem-Mpr dans la circonscription électorale de Mopti. Notamment dans la commune de Socoura et de Dialloubé lors du second tour des législatives du 15 décembre dernier.

« Nous allons formuler des recours comme tous les autres partis politiques dans certaines circonscriptions devant la cour constitutionnelle », cette déclaration du secrétaire général adjoint de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), Mamadou Diawara n’a pas tardé à être suivi d’effet. En effet, l’alliance des partis Urd-Codem-Mpr, représentée par le candidat Garba Samassekou domicilié à Mopti, ayant pour conseil Me Diawoye Sidibé, avocat à la cour a introduit un recours, le 20 décembre dernier à la cour constitutionnelle de Bamako aux fins d’annulation et de rectification des résultats de vote de la circonscription électorale de Mopti notamment dans la commune de Socoura et de Dialloubé lors du deuxième tour des législatives du 15 décembre.

Il ressort dudit recours, que les élections dans ces communes ont été émaillées d’énormes irrégularités pénalisant lourdement la liste Urd-Codem-Mpr et ayant entamé la sincérité et la crédibilité du vote. Selon le recours, le candidat Samba Yattassaye de la liste Rpm-Apr-Adema Pasj s’est adonné à des pratiques peu orthodoxes. Ainsi, apprend-on dans le recours, le samedi 14 décembre 2013, après la clôture de la campagne électorale, Samba Yattassaye a battu campagne à Dialloubé comme atteste la sommation interpellative du 16 décembre 2013 de Me Abdoul Karim Traoré, huissier de justice à Mopti.

En outre, Allaye Tamboura, vendeur d’essence à Sévaré, Sekou Maïga, boucher à Sévaré et Mamadou Touré, réparateur de moto à Sévaré ont surpris des individus sortant du domicile de Samba Yattassaye avec des urnes bourrées dont la photo de ces individus transportant des urnes en attestent suffisamment. « Tout ceci a été rendu possible grâce à l’attitude du sous préfet de Mopti qui a remis des carnets de bulletins de vote et des procurations en blanc, toute chose qu’il a lui-même reconnu au cours de sa sommation interpellative du 18 décembre 2013 par Me Abdoul Karim Traoré », explique le recours. Au vu de tous ce qui précèdent, les requérants demandent à la cour constitutionnelle de Bamako d’annuler et de rectifier les résultats des bureaux de vote des communes de Socoura et de Dialloubé.

Aguibou Sogodogo

Boukary Daou

Le Républicain du 26 Décembre 2013