Partager

Les résultats définitifs du premier tour des élections législatives du 24 novembre dernier proclamés samedi par la Cour constitutionnelle enseignent une évidence : les députés sortant Konimba Sidibé, El Hadji Baba Haïdara, Mme Touré Safiatou Traoré, Oualy Diawara et Me Kassoum Tapo, fut-ils influents de la dernière législature, prendront congé de l’Assemblée nationale. Mais le processus de renouvellement amorcé ne concernera pas que ceci.

jpg_une-2423.jpgLa campagne électorale pour le second tour du scrutin législatif se clôture ce vendredi 13 décembre 2013 à minuit à minuit. Selon plusieurs observateurs, cette élection est capitale pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel au Mali. A l’évidence, le parlement sera profondément renouvelé puisque 74 des 147 députés de la législature 2007-2012 étaient absents de la course dès le départ. Ce qui intrigue le plus, c’est que ses principaux ténors risquent gros.

Dors et déjà, Konimba Sidibé à Doïla, El Hadji Baba Haïdara à Tombouctou, Mme Touré Safiatou Traoré en commune III du district de Bamako, Oualy Diawara en commune I et Me Kassoum Tapo à Mopti, ont échoué à dépasser le cap du premier tour. Plusieurs autres sont en difficulté pour le second tour. D’abord à Kita, région de Kayes, le vice-président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), Me Amidou Diabaté, en alliance avec l’Adéma-Pasj, croise le fer avec le Rassemblement pour le Mali (Rpm). Sa liste ne dépasse celle du parti présidentielle qu’avec 0,04 %, soit seulement 51 voix.

Idem pour le Dr Oumar Mariko, secrétaire général du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi) qui affronte à Kolondiéba un «ennemi juré» sur la liste Urd (Union pour la République et la démocratie), Moussa Coumbéré, un transfuge du parti Sadi. Dans la localité, l’Urd qui a recueilli 22,08 % ne lésine pas sur les moyens pour faire tomber le Dr Mariko qui le devance seulement de 746 voix.

Le président de la Convergence pour la démocratie au Mali (Codem), Housseini Amion Guindo, est en tête à Sikasso (29,66 %). Mais il doit affronter une liste comprenant le Rpm (18,67 %). A Ségou, Me Mountaga Tall, président du Congrès national d’initiatives démocratiques (Cnid-Fyt) allié à l’ex-candidat de l’Adéma-Pasj à la présidentielle, Dramane Dembélé, est arrivé deuxième à l’issue du premier tour avec 26,55 %. Dans la localité, l’Urd arrivé troisième avec 16,62 % semble décider à faire payer à Dramane Dembélé, son infidélité à l’égard des consignes de vote du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République (Fdr) à la présidentielle et appellerai ses militants à voter la liste de son rival du Rpm qui recueille déjà 33,70 % de voix.

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE

Le 13 Décembre 2013