Partager

Le Secrétaire général de la section RPM de la Commune I, Frankaly Keïta, cadre EDM devenu ministre de l’Energie et de l’Hydraulique à la faveur de l’élection d’IBK à la présidence du pays, est mis en cause dans la défaite de son parti dans cette circonscription électorale de Bamako.

En effet, la liste RPM, composée de Boulkassoum Haïdara et de Gaoussou Soukouna dit Badié, était en tête du scrutin du 24 novembre, avec près de 18% des voix, loin devant la liste CODEM – CNID formée par Abdoulkassoum Touré et Fatoumata dite Tené Simpara, avec 13%, talonnée par la liste Yelema – Asma, avec 12%, de l’ADEMA – URD avec 11%, les autres listes se partagent le reste.
Donc les deux premières listes étaient retenues pour le second tour du 15 décembre 2013. Le RPM, avec une belle avance sur son challenger, a reçu également le soutien de la 3ème, de la 4ème et de plusieurs autres petites listes. Donc, logiquement, le RPM devait gagner l’élection. Malheureusement pour les Tisserands en CI, la victoire a manqué, à leur grande surprise et à celle de leurs alliés.

En effet, c’est bien la liste CNID – CODEM qui a gagné l’élection, avec 50,64%. C’est un véritable cataclysme en Commune I, étant donné que le candidat RPM, Boulkassoum Haïdara, était même cité comme le probable futur Président de l’Assemblée nationale. Il a mordu la poussière parce qu’il pensait qu’une élection comme celle là pouvait se gagner d’avance.
Mais le grand responsable de cette débâcle électorale demeure le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Frankaly Keïta, qu,i depuis sa nomination, s’est éloigné de sa base. En tant que premier dirigeant de la section, il s’y est toujours fait représenter, au nom de la fonction d’Etat qu’il occupe en ce moment.

Frankaly Keïta n’a même pas pris le soin de voter au second tour, tellement il croyait en la victoire. Au lieu d’accomplir son devoir civique dimanche dernier, pour ensuite aller à Kayes pour l’inauguration du barrage de Félou ce mardi, le ministre Frankaly Keïta a préféré être au devant de l’organisation de cet évènement, en débarquant depuis vendredi dernier à Kayes.

En clair, les votants pour le RPM au 1er tour n’ont pas été bien mobilisés pour le second tour. Leurs alliés également n’ont pas eu les moyens de travailler en faveur du RPM, même si Waly Diawara s’est démené comme un beau diable pour soutenir le parti d’IBK. Les moyens que le RPM a refusé de mettre en œuvre pour enlever les deux sièges ont été déployés par la liste CNID – CODEM, qui sort grand vainqueur du scrutin.
Il revient maintenant au ministre Frankaly Keïta de tirer les conséquences de cet échec, qui est le sien, en démissionnant du gouvernement. En tant que Secrétaire général RPM de cette section, il a été nommé ministre. Mais sa promotion n’a servi à rien dans sa Commune, en tout cas pas à son parti. En bon démocrate, il doit se remettre en cause, encore une fois, en démissionnant.

Chahana Takiou

Les Echos du Parlement du 20 Décembre 2013