Partager

Les législatives de 2013 ont pour enjeu principal de donner un écho à l’aspiration au changement du peuple malien. En commune 1, a en croire les observateurs politiques de la circonscription, cette aspiration veut passer d’abord par un changement des hommes. La jeunesse veut revenir au devant des choses parce que consciente qu’elle a le pouvoir de décider. Quel sera donc leur choix ?

La liste des candidatures validées par les sages de la cour constitutionnelle a été rendue publique le 24 Octobre dernier. En plus des vieux briscards de la politique malienne, de nouveaux noms apparaissent sur cette liste. On peut y voir le signe de la volonté de changer les choses, d’autant plus qu’il s’agit de jeunes ou d’acteur politique se revendiquant de cette tranche d’âge.

En se penchant sur le cas spécifique de la commune 1, une liste singulière attire notre attention. Le parti Jamaa lance Mamadou Habib Diallo et Madame Alima Dabo dans l’arène d’une des circonscriptions réputées difficiles et parfois verrouillées par des anciens crédités de chance inégalée sans sondage véritable. Nous l’avons rencontré.

M. Diallo, qui fait carrière dans l’un des secteurs cruciaux pour le développement d’une nation : l’éducation, a su conquérir la sympathie et le respect des habitants de la commune 1 et au-delà, par sa détermination à permettre aux jeunes maliens d’avoir accès à des formations conforment aux normes internationales.

On peut aisément penser que son combat pour l’hémicycle se limitera au secteur éducatif, mais loin s’en faut dans la mesure où il un est homme engagé dans la vie de sa cité à travers des actions sociales d’un genre nouveau et surtout au vu de son parcours politique qu’il façonne par ses multiples engagements associatifs et politique. Aujourd’hui membre fondateur de la jeune formation politique Jamaa (Peuple en langue bambara), Mamadou Habib Diallo ne veut être juste le porte parole des populations de sa circonscription, il incarne déjà un nouveau type d’homme politique.

Sa stratégie ? difficile d’en avoir écho tellement le sieur Diallo souhaite rester légaliste et démocrate et attendre le début officiel de la campagne pour s’étendre sur ses ambitions précises et les objectifs qu’il se fixe pour le bonheur des populations de sa commune. Qu’à cela ne tienne, Mamadou Habib Diallo est jeune et nulle doute qu’il jouera la carte de la jeunesse, bien que convaincu qu’il a les arguments pour rallier toutes les couches de la population à sa cause.

La jeunesse est appelée en renfort pour cette campagne et cette élection législative, mais il est bon de se rappeler que l’élection présidentielle a démontré que la jeunesse malienne ne compte plus être spectateur des discours politiques mais bien un acteur de premier plan, qui scrutera les propositions des uns et des autres avant d’accorder sa confiance. Cette mise en garde semble être plutôt un catalyseur pour Mamadou Habib Diallo qui aime à répéter que «le défi du changement du Mali ne passera que par une revue des méthodes ce qui implique obligatoirement un changement des hommes. »

Yacouba TANGARA

————————————————————————————–

Soungalo Traoré, candidat URD aux législatives : Une chance pour la commune V

Sur la liste du regroupement politique URD-MPR-Yèlèma, Soungalo Traoré représente une chance pour la commune V du district de Bamako.
Au compte des législatives 2013 en commune V, l’URD a jeté son dévolu sur le secrétaire général de sa section V, Soungalo Traoré. Ce qui augure de bonnes perspectives non seulement pour le parti mais aussi pour les autres candidats qui figurent sur cette liste.

Car, à en croire son entourage, il est un homme intègre et rigoureux et connu pour sa générosité et son caractère sociable. Soucieux de la gestion de sa carrière administrative, expliquent certains cadres de la section V de l’URD, Soungalo avait refusé de se présenter aux législatives. Mais face à l’insistance de 9 sous-sections sur les 12 de la commune, il a fini par accepter cette proposition.

Ce qui témoigne de l’engagement sans faille des militants de son parti à le soutenir jusqu’à la victoire finale, précise la même source. «Nous ne minimisons aucune liste de candidature, mais vu la qualité des hommes qui composent la liste de regroupement des partis URD-MPR-Yèlèma, ainsi que la meilleure implantation de ces formations, je suis persuadé que cette liste a une forte chance d’être élue avec une majorité écrasante », a déclaré un responsable de la commune V.

En plus de la meilleure implantation de ces formations politiques, certains candidats entretiennent de bonnes relations avec la commune. « A titre d’exemple, Soungalo Traoré, de part son rapprochement et son humilité, symbolise une référence en commune V. Même ses adversaires politiques ont de l’estime pour lui », révèle un notable de Sabalibougou.

Un autre de se demander si cet homme à poigne a besoin de battre campagne, tant il a déjà séduit l’électorat de sa circonscription électorale. Cela à travers son engagement dans le développement de Torokorobougou et dans l’assainissement de Sabalibougou. Ce n’est pas le jour de la chasse qu’il faut élever le chiot. Selon certaines indiscrétions, depuis 6 ans M. Traoré rend agréable la fête pour des démunis de son quartier à travers l’abattage et la distribution des bœufs aux couches vulnérables et les distribue des sacs de riz.

A ces actions s’ajoutent sa contribution à l’épanouissement de la jeunesse. Car c’est lui qui est en charge de l’équipement en matériels sportifs des jeunes de la commune.

Qui est Soungalo Traoré ?

Né en 1968 à Kolokani, Soungalo Traoré est détenteur d’un (DEA) en Economie et d’un (DUT) en Finances- Comptabilité. Il a aussi un DEA en banque obtenu à l’Institut Technique de Banque (ITB). Il est aujourd’hui Expert au compte du Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle dans l’élaboration du document de cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) 2ème Génération 2007 – 2011 et spécialiste du financement des entreprises.

Économiste de profession et Inspecteur des impôts, M. Traoré, a participé à la formulation de propositions d’amélioration du document de «Politique d’industrialisation du Mali».

Durant toute sa vie professionnelle, il n’a connu que le développement.
En 1995, il fut Agent de crédit, de Suivi – évaluation au Fonds européen de développement (FED), Projet Appui PME/PMI. Avant de se charger de l’Administration et des Finances de ZED-SA (Entreprise d’Energie Solaire) dont il devient le Directeur commercial de 1996 – 2002. En 2002, il devient Économiste, Chargé des Approvisionnements de la mine d’or de Sadiola, avant de devenir Inspecteur des impôts à la Direction Générale des Impôts en 2009. Depuis 2013, il est Directeur exécutif adjoint du Fonds Auto Renouvelable pour l’Emploi

Oumar KONATE

Le Prétoire du 28 Octobre 2013