Partager

La Coordination des Associations et Ong Féminines (Cafo) a fait le point de sa participation au second tour des élections législatives à travers une conférence au siège de ladite coordination. C’était le samedi 04 janvier 2014. Etaient présents à cette rencontre de bilan, la présidente nationale Oumou Touré, les coordinatrices locales de la Cafo, les observatrices, superviseurs et des représentants du projet d’appui au processus électoral du Mali, Papem.

Dans le cadre des élections législatives 2013, il faut le rappeler, le Papem a accompagné la Cafo par le financement du projet d’appui à la sensibilisation et à l’observation électorale. Forte du soutien de cette organisation, la Cafo a déployé 150 femmes dans certaines localités qui avaient été ciblées pour faire leurs propres constats des faits en vue de rendre compte.
Le projet en effet devait permettre à la Cafo de sensibiliser les femmes à sortir massivement lors du deuxième tour des élections législatives du 15 décembre 2013 en vue d’exercer leur droit, mais aussi leur devoir de voter. Ainsi, le projet a permis à la Cafo de déployer 150 observatrices, 11 superviseurs, 9 coordinatrices et un (1) coordinateur dans les circonscriptions électorales suivantes : Ségou, Mopti, Koulikoro, Sikasso et à Bamako.

Selon la coordinatrice de la Commune II, l’objectif projeté a été atteint puisque le projet visait entre autres à favoriser l’implication des femmes au processus électoral et à amener 150 femmes membres de la Cafo à participer au contrôle de la fiabilité des élections.
A travers cette mission d’observation, la Cafo a relevé un certain nombre de constats. Parmi ces constats, les principales conférencières ont cité: le remplacement de certains assesseurs par les présidents de bureau ou par les coordinateurs de centre; la présence de toutes les parties à l’ouverture des bureaux et durant tout le reste de la journée électorale.

Ces constats cachent mal cependant les insuffisances dans le déroulement du processus, comme l’attestent l’insuffisance d’éclairage dans les bureaux de vote à Bamako et dans certaines localités ainsi que le désordre constaté dans les centres à cause de l’orientation des électeurs vers les bureaux de vote aux premières heures.

En tirant les leçons de ce scrutin, la Cafo a entre autres recommandé le renforcement des capacités des femmes sur les lois électorales, le renforcement du niveau des agents électoraux, le renforcement de la communication électorale, la multiplication des superviseurs de la Ceni dans les centres et la mise en place de structures pérennes professionnelles en remplacement des commissions administratives. Le deuxième tour a été transparent et apaisé malgré tout, affirment les femmes de la Cafo.

Laya DIARRA

Le Soir de Bamako du 9 Janvier 2014