Partager


La classe politique et l’ensemble de la population sont résolument tournés vers les élections législatives de 2007. Les données ont changé, dans la mesure où on assiste à un engouement plus grand pour ces élections dans les rangs de la population générale. Les candidats se positionnent non pas seulement sur la base des consignes données par les directions des partis, mais sur la base des affinités locales. Ainsi, peut-on affirmer que les adversités entre partis et regroupements sont mises en veilleuse avant la fin des élections législatives. Et, quoi qu’on dise, les enjeux des législatives de 2007 sont très grands, puisque l’issue de toutes les élections législatives se traduit par une recomposition du paysage politique.

Cela est compréhensible quand on sait que le nomadisme des élus est une pratique courante dans notre démocratie. D’ici là, on ne pourrait avoir une idée précise sur les rapports des forces politiques. Tout ce qui est évident, c’est qu’un duel est engagé entre les deux regroupements politiques qui étaient aux prises lors des élections présidentielles passées.

LA REVANCHE DU FDR?

Ainsi, après le coup dur pris par les acteurs politiques du Front pour la Démocratie et la République (FDR), il faut s’attendre à ce qu’ils reprennent l’offensive pour tenter de prendre leur revanche. C’est là un exercice difficile, quand on sait que les élections législatives sont de nature à conférer aux partis considération et respect. Mais, ce qui est sûr, c’est qu’il y aura un lobbying auprès de tous ceux qui seront élus et quelle que soit leur tendance. Donc, après les résultats, ce sera un grand remue ménage en vue de constituer une majorité parlementaire.

L’objectif de tous les partis politiques est de mieux se positionner après ces élections afin de prendre une part active à la gestion des affaires publiques. Mais cela doit logiquement concerner uniquement les partis membres de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP). Puisqu’au sein de l’opinion publique nationale, on considère déjà le FDR comme un regroupement dont les membres sont les futurs animateurs de l’opposition au Mali. Ainsi, selon toutes les probabilités, ils se battront à leur niveau pour avoir le maximum de députés. Cela ne pourra que renforcer leur crédibilité aux yeux de l’opinion publique nationale et de les galvaniser dans le cadre de la poursuite de leur lutte.

LA PARTICIPATION AU GOUVERNEMENTVES EST-ELLE UNE SINECURE?

Il ne faudra surtout pas perdre de vue que les élections législatives sont différentes de celles présidentielles, même si les présidents de partis sont nombreux parmi les candidats. N’est-ce pas une manière pour les leaders de partis politiques de démontrer que la participation à l’action gouvernementale n’est pas une sinécure? En tout cas, de plus en plus, il y a de l’engouement pour les élections législatives, parce que l’Assemblée Nationale est en train d’être prise davantage au sérieux par les acteurs politiques. N’est-ce pas en raison du fait que ces dernières années les débats se sont révélés nettement plus intéressants, attrayants? En tout cas, les résultats de ces législatives seront déterminants pour les perspectives politiques, l’avenir même des partis.

Logiquement le FDR mouillera le maillot pour s’élever, comme pour tenter de convaincre l’opinion publique nationale qu’ils avaient été trichés aux élections présidentielles du 29 Avril. Or, à vrai dire, il y a une différence entre ces deux scrutins. En effet, il y avait l’aura des candidats dans une compétition où au finish un seul émerge.

Quant aux législatives, elles concernent environ 1400 candidats qui compétiront et dont seuls 147 émergeront. Une élection de proximité ne saurait être la même chose qu’une présidentielle. Dans tous les cas, les dés sont jétés et l’on se demande quelle partie remportera gros.

Moussa SOW

24 mai 2007.