Partager

L’ADP, forte de 43 partis politiques plus le Mouvement citoyen et plusieurs autres associations se sont employés à bras le corps pour la réélection du Président de la République. Cela est aujourd’hui chose faite.

Après la proclamation des résultats de la course pour Koulouba, celle pour l’Assemblée nationale est en passe de donner son coup d’envoi avec son corollaire d’alliance pour friser les scores de la députation depuis le premier tour.

Le premier défi de l’ADP à savoir la réélection du Président ATT, a été couronné de succès. Et le regroupement ADP n’entend pas croiser les bras, il entend mobiliser ses militants pour obtenir la majorité parlementaire.

Après le couronnement de son premier défi c’est-à-dire la réélection de ATT, l’ADP demeure unie, pour l’acquisition de la majorité parlementaire. C’est ainsi que les leaders des partis politiques de l’Adema PASJ, de l’URD, et du CNID ont décidé d’aller aux élections législatives sur une liste commune.

Trois des 44 partis politiques de l’ADP ont signé une plate forme d’alliance en vue de briguer la majorité parlementaire lors de la législative prochaine prévue pour le mois de Juillet 2007. C’est ainsi qu’en commune V, après examen des textes régissant l’ADP, le parti Africain pour la Solidarité et la Justice présentera comme candidat à la députation l’honorable M. Ibrahima Lanséni Coulibaly dit Bri, Mme Coulibaly Kadiatou Samaké représentera l’URD, (Union pour la Démocratie et la République) et le CNID Faso Yiriwaton(Congrès National d’Initiative Démocratique) par Mme Sissoko Mantini Traoré.

C’est forts de l’enjeu que représentera l’élection législative en commune V, que ces trois partis ont décidé d’unir leur destin pour engranger une majorité politique stable au sein des institutions de la République avec la participation effective et constructive de tous les conseillers municipaux. Les trois partis entendent engager dès les premiers jours qui suivent, des procédures de mise en place des commissions de travail dans les quartiers de la commune V et la notification de l’Alliance au niveau du District.

Et Mme Coulibaly Kadiatou Samaké de l’URD de préciser pour la circonstance :« Les élections législatives auront bientôt lieu dans toutes les localités du Mali. Et les partis politiques doivent s’associer en liste commune comme le prévoit la Loi électorale. Parce que c’est très difficile aujourd’hui dans la situation politique actuelle d’aller sur une seule liste surtout au niveau du District de Bamako. C’est la raison pour laquelle nous avions décidé d’aller sur une liste commune. Chacun des partis connaît bien les autres et nous pensons que nous constituons une force collective très représentée au niveau de la commune V. »

Pour la coordination des activités des trois partis, Mme Coulibaly précise « En même temps, nous venons de signer la plate forme, nous avons décidé de mettre en place une commission qui va réfléchir sur notre campagne au niveau de la commune V. Cette commission va mettre en place l’organisation matérielle et technique des législatives. Nous projetons de mettre une commission de travail qui établira une stratégie cadrant les impératifs de la commune. Et notre priorité, c’est le terrain électoral. ».

Les partis politiques, dans le but d’être à la hauteur du pourcentage exigé par la loi électorale se sont décidés à s’unir en alliance comme le souligne l’honorable Ibrahima Coulibaly dit Bri : «La plate forme regroupe trois partis de l’ADP et comme vous le savez l’ADP a instruit à ses partis d’aller ensemble d’abord pour réélire le Président de la République. Et je pense que cette victoire éclatante est déjà un acquis selon les résultats provisoires proclamés par le Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités locales (NDLR, ces propos ont été obtenus avant la proclamation des résultats par la Cour Constitutionnelle). Il s’agit de se mettre ensemble pour gagner les élections législatives prochaines afin de donner une majorité parlementaire stable et confortable au Président de la République pour qu’ensemble nous puissions réaliser les idéaux de développement qui sont les siens et les nôtres. Donc, les besoins sont clairs, il s’agit d’une vision pour ce pays, d’une alliance forte de partis décidés à construire le Mali. »

Les actions électorales pour la députation nécessitent une réelle mise en cohérence des forces qu’il est important de fédérer sur le terrain en terme de mobilisation, d’organisation sur les plans matériel et technique. Par conséquent la mise en place d’un plan de campagne s’impose. Et BRI de renchérir : «Ces partis politiques mettront en place des commissions de travail et de suivi. Déjà, ils ont des représentations dans tous les quartiers de la commune V. Du sommet à la base, ils seront tous mis ensemble pour pouvoir mobiliser les militants et les sympathisants. Ils travailleront dans des organisations très fortes et disciplinées pour que les élections législatives prochaines puissent se faire chez nous d’une manière crédible transparente et surtout libre »

Pour Mme Sissoko Mantchini Diarra, candidate du CNID en commune V, l’action consiste à regrouper les partis politiques autour d’un seul objectif : la réélection du Président de la République. Après cela, il s’agit maintenant de signifier aux uns aux autres, la nécessité de se réunir pour faire des listes communes et obtenir une majorité au niveau de l’Assemblée nationale. Il existe déjà dans les quartiers des structures qui constituent des relais pour la coordination des activités, laquelle coordination travaillera de concert avec les structures existantes et c’est cela notre force.

Mais avec l’entrée en jeu de l’opérateur économique, Jeamille Bittar sur la liste regroupant le PCR, MPR et PDR, il faut s’attendre à une véritable escarmouche parlementaire. Or, ces trois personnes constituent des étendards des partis Adema, Cnid et l’URD, ont chacune une marge de manœuvre électorale assez large pour effleurer au score permettant d’être retenu en vue d’occuper des sièges à l’Assemblée Nationale en confirmant une fois de plus leur soutien substantiel au Président de la République qui vient de recevoir la confirmation de sa réélection à la magistrature suprême.

Ténéko KONE

14 mai 2007.