Partager

Les résultats provisoires de la législative partielle à Barouéli mettent en tête le candidat Bouréma Dicko de l’Adéma/PASJ. Mais d’ores et déjà, le 3e vice-président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), Mody Ndiaye, accuse l’Adéma de l’avoir emporté avec les moyens de l’Etat.

Depuis le dimanche 7 août, l’Alliance démocratique pour la solidarité et la justice (Adéma/PASJ) compte un député de plus à l’Assemblée nationale. Les résultats provisoires du scrutin législatif partiel à Barouéli mettent en tête son candidat Bouréma Dicko. Le candidat de l’Abeille est arrivé en tête avec 54,66 % contre 45,34 % voix pour celui de l’URD.
Pour le 3e vice-président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), Mody Ndiaye, l’Adéma a battu l’URD avec les moyens de l’Etat. Les hauts cadres ont mis les moyens de l’Etat au profit du candidat de l’Adéma, avance-t-il.

« La campagne législative a été du jamais vu. Des centaines de millions ont été utilisés pour un poste aussi futile. L’utilisation de l’achat de conscience, les bourrages d’urnes, le trafic d’influence, etc. la ville de Barouéli a vécu un spectacle inédit dans cette campagne », assure l’honorable.

En plus de l’assistance permanente du nouveau ministre des Mines, le ministre Kassoum Dénon, ajoute-t-il, a saisi l’occasion pour défendre la cause du candidat de leurs alliés. « Le ministre Dénon a reçu le sous-préfet de Sanado et le candidat, avec des moyens importants mobilisés. Le dernier jeudi, plus de quarante véhicules 4×4 ont reçu les responsables venus de Bamako », signale-t-il. Il reconnaît toutefois l’organisation d’un second tour dans le calme dans les onze communes de Barouéli.

Selon l’élu de Barouéli, la circonscription a vécu le scénario de 2013. « Nous avons eu l’impression que Soumaïla Cissé était face à Ibrahim Boubacar Kéita. Au lieu de s’atteler aux préoccupations des citoyens, les cadres se permettaient de mobiliser les moyens exorbitants pour le poste député… »

Bréhima Sogoba