Partager


Comment Oumar Mariko a ravi la vedette à IBK


Parmi tous les thèmes de la 7e édition du Forum des Peuples tenue du 6 au 9 Juillet 2008 dans la Cité du Méguétan (Koulikoro), c’est celui relatif à la responsabilité des dirigeants africains face à leur peuple qui, en plus d’attirer l’attention de plus d’un, a suscité beaucoup de débats, à cause de l’intervention du Secrétaire Général du parti SADI et député à l’Assemblée nationale, le Dr Oumar Mariko.

Toute chose qui a été l’occasion, pour la centaine de participants au Forum, de lancer un discrédit au président du RPM, IBK. En effet, pour les observateurs politiques, la prononciation du mot opposant fait directement penser à des noms comme IBK et Oumar Mariko, connus pour leurs opposition farouche au régime.

Ainsi, ces deux personnalités très connues de la scène politique malienne, et tous députés à l’Assemblée nationale, ont toujours saisi et continuent de saisir toutes les occasions, afin de tirer à boulets rouges sur le régime en place.

Faut-il le rappeler, le statut d’opposant du président du RPM a fait l’objet de doute, et continue d’ailleurs d’en être, tant chez les partis politiques que chez bien des observateurs. Pour preuve : au moment de la création du FDR, un regroupement politique de partis de l’opposition, dont le leader n’était autre que le président des Tisserands, le Dr Oumar Mariko – bien qu’il soit connu de tous comme un opposant-, déclarait en substance : “Je ne veux pas me lancer dans une aventure avec des gens douteux…”.

Ce propos du n°2 du parti SADI valait son pesant d’or, surtout que Ladji Bourama ne s’était pas déclaré de l’opposition. Seul le groupe parlementaire Parena-Sadi s’était officiellement déclaré de l’opposiiton, même au moment de la formation des groupes parlementaires à l’Hémicycle. Il a fallu que ce groupe soit écarté de la formation du bureau de l’Assemblée nationale pour que le Mandémassa se transforme en opposant déclaré.

Le Dr. Oumar Mariko apprécie le président zimbabwéen

La présence, ou du moins l’intervention du Secrétaire Général du parti SADI, lors de la 7è édition du Forum des Peuples, considéré comme un espace d’interpellation et de dénonciation, a été un coup dur porté à la popularité du Châtelain de Sébénikoro et à son statut de leader.

Ainsi, parmi les différents thèmes dudit Forum, le Dr. Mariko a choisi le thème relatif aux dirigeants africains pour tirer à boulets rouges sur le régime et sur toutes les initiatives du gouvernement (initiative riz, sécurité et souveraineté alimentaires…).

Tout en appréciant le président zimbabwéen, Robert Mugabé, dont la réelection est pourtant très contestée, le Dr. Mariko a indiqué “qu’ATT est le président le plus mal réélu”. Cette sortie de l’ancien leader estudiantin, faut-il le souligner, a été acclamée par des centaines d’altermondialistes qui trouvaient ce geste héroïque de la part d’un opposant. Ainsi, chacun y allait de son commentaire.

Pourquoi IBK, qui prétend être le leader de l’opposition malienne, n’a pas osé saisir l’opportunité d’une telle tribune où sont présents des centaines de participants venus d’Afrique, d’Europe et d’Amérique?“, se sont interrogés certains. Et d’autres, d’ajouter : ”Un opposant digne de ce nom doit toujours oser, en saisaissant toutes les occasions pour se faire entendre. Tel ne semble pas être le cas d’IBK, qui profite seulement des activités du parti pour procéder à la dénonciation”.

A la question de savoir si les hommes politiques participent au Forum sur invitation, un organisateur répondra : “Le Forum est ouvert à toute personne qui a besoin de s’exprimer. Nous n’avons officiellement invité aucun responsable politique”.

Moussa TOURE

16 Juillet 2008