Partager

Cette contribution, transmise par la Banque
vénézuelienne de développement économique et social
(Bandes), a été remise par M. Reinaldo Bolivar,
Vice-ministre pour l’Afrique, du Ministère des
relations extérieures de la République bolivarienne du
Venezuela, ainsi que par M. Edgard Hernandez Behrens,
Président de Bandes, à M. Pedro Medrano, Directeur
régional du PAM pour l’Amérique latine et les
Caraïbes, lors d’une cérémonie officielle à laquelle
ont assisté de hauts fonctionnaires du gouvernement
vénézuélien.

« Ce geste envoie un message fort de solidarité à la
Communauté internationale afin qu’elle continue à
appuyer les efforts pour éliminer la faim parmi les
pays les plus pauvres du monde
”, a confirmé M.
Medrano.

Le Mali est l’un des pays les plus pauvres au monde
et fait partie des pays les moins avancés (PMA). Il
est classé 174ème sur 177 pays selon l’indicateur de
développement humain du PNUD pour l’année 2005.

Au
Mali, la pauvreté est essentiellement rurale, concerne
surtout les femmes et touche plus des deux tiers de la
population. Ce tableau déjà peu favorable s’est
assombri davantage à la suite des effets conjugués du
déficit pluviométrique et de la crise acridienne qui
ont frappé le pays pendant la campagne agricole
2004-2005.

Comme réponse à cette situation, le PAM a initié en
mars 2005 une opération d’urgence qui a permis
d’apporter une assistance à 700.635 personnes, à
travers une alimentation complémentaire aux enfants
malnutris, la création d’actifs productifs à travers
des activités de Vivres Contre Travail (VCT), et une
contribution à la reconstitution du Stock National de
Sécurité (SNS).

J’en appelle à la Communauté internationale pour
qu’elle reste concentrée sur des pays comme le Mali
qui sont parfois ignorés. Nous avons encore une grande
tâche à effectuer et il faut que les donateurs
continuent à nous apporter leur soutien, et ce
particulièrement au travers de contributions
financières, lesquelles rendent possible nos
opérations à grande échelle. Notre travail n’est pas
encore terminé
”, souligne M. Medrano.

Déjà en août 2005, le Gouvernement de la République
Bolivarienne du Venezuela avait contribué trois
millions de dollars aux opérations du PAM dans le
Sahel (1 million de dollars pour le Burkina Faso, 1.5
million de dollars pour le Niger et 500.000 dollars
pour la Mauritanie) afin d’assister le PAM dans son
action en faveur des populations victimes de la crise
acridienne et de la sécheresse.

Source PAM au Mali

15 février 2006.