Partager

Le déraillement du train Express Dakar-Bamako, à 23h 30, dans la nuit de mercredi à jeudi, près de Balla (79 kilomètres de Tambacounda, département de Goudiry), a fait cinq morts et 37 blessées. Les personnes qui ont rendu l’âme sont de nationalité malienne. Malgré le déclenchement du plan Organisation des secours (Orsec) par le gouverneur de Tambacounda, sitôt la nouvelle de la catastrophe ferroviaire connue, on mesure à sa juste valeur l’étendue et la violence de l’accident qui a causé la mort de quatre passagers sur le coup.

La cinquième personne est décédée des suites de ses blessures, tandis que les trente-sept blessés ont été évacués à l’hôpital régional de Tambacounda. Sur place, parmi les victimes, Fanta Keita, âgée d’une soixantaine d’années, souffre de traumatismes. Elle confie que le choc a été violent. On entendait des cris et des lamentations, se souvient-elle. C’était alors le sauve-qui-peut, certains passagers, hagards et affolés, cherchaient à s’extirper des wagons par les fenêtres. « Si nous sommes en vie, c’est la volonté divine, nous lui en rendons grâce », dit-elle.

Un spectacle cauchemardesque

Il a fallu l’intervention d’une grue de la Sodefitex, dépêchée sur les lieux, pour parvenir à retourner les voitures afin d’être sûr qu’il n’y a pas de victime sous les quatre wagons renversés.

A quelques kilomètres de la localité de Talibadji où s’est déroulé l’accident après 23 heures, le spectacle offre une vision cauchemardesque de voitures couchées sur le flanc. On constate que la voie ferrée est rompue sur une longueur de cinquante mètres. Dans un coin, des bagages sont sortis par les fenêtres et récupérés par les forces de l’ordre. Une rescapée, toujours sous le choc, clame sa faim et sa soif. Plus loin, sur les rails intacts, plus de cinq wagons sont toujours accrochés à la locomotive ayant manqué de tomber sur le bas coté. Des pierres sont éparpillées un peu partout par la puissance de l’impact du choc. Le chef de gare de Tambacounda, Yoro Sidibé, le premier à être informé de l’accident, salue la promptitude des secours. Les accidents de trains restent monnaie courante dans cette partie orientale du pays. L’accident qui avait fait sept morts, en 1998, reste gravé dans les mémoires, sans oublier les nombreux déraillements de trains de marchandises. Mais, le plus spectaculaire reste la collision de deux trains, en 2005, avec trois morts et des dégâts matériels importants. Les deux locomotives s’étaient enchevêtrées.

Pape Demba SIDIBE

Le Soleil / 15 mai 2009

— –

Déraillement de l’express Bamako-Dakar : LE BILAN HUMAIN EST LOURD

Le train express international Bamako-Dakar en partance mercredi soir pour Dakar a déraillé en territoire sénégalais.

Le bilan est lourd : au moins 5 morts et 32 blessés. Les 4 dernières voitures de la rame qui en compte 11 ont été endommagées. L’accident s’est produit entre 23h et 23h 30 dans l’est du Sénégal entre Kidira et Tambacounda. Plus précisément entre les localités de Bala et de Goudiry, dans la région de Tambacounda, à plus de 500 kilomètres de Dakar, selon le porte-parole du groupement national des sapeurs-pompiers du Sénégal dépêché sur les lieux.

Les pompiers sénégalais n’ont pas indiqué quelles pourraient être les causes de cet accident mais une source à la gendarmerie de Goudiry a souligné que le « mauvais état des rails » dans cette partie du Sénégal pourrait avoir favorisé l’accident.

Selon Sidi Yaya Fofana, le directeur de la région Est de la société Transrail, les causes de l’accident ne sont pas pour le moment connues. Les informations étaient difficiles à obtenir car il n’y a pas liaison téléphonique entre le lieu de l’accident et les autres localités joignables. Néanmoins, une mission d’experts de la société a été immédiatement dépêchée sur le lieu de l’accident. Elle produira un rapport qui établira avec certitude les raisons de l’accident, explique Sidi Yaya Fofana.
En attendant, le responsable de Transrail assure que l’état technique des voitures est jugé bon. Le train de voyageurs relie une fois par semaine Bamako et Dakar. Tous les mercredis, il part de Bamako pour la capitale sénégalaise et le retour à Bamako est attendu le dimanche.
Précisons que les voitures exploitées sur ce trajet ne sont pas celles que le gouvernement a acquises avec l’Inde. Une dizaine de ces voitures sont pour le moment exploitées sur le réseau national. Elles relient Bamako à Kayes en aller-retour trois fois par semaine.

M. COULIBALY

Essor du 15 mai 2009

— –

Le train Bamako-Dakar se renverse : Accident de train mercredi entre 23h et 23h30 mn

Au moins cinq personnes ont été tuées et 37 blessées mercredi soir dans l’est du Sénégal lorsque le train Bamako-Dakar a déraillé, près de la frontière malienne, selon un bilan provisoire communiqué à l’AFP par les pompiers.

jpg_t-2.jpg
« Le train qui venait de Bamako, à destination de Dakar, a déraillé et quatre wagons se sont couchés. Le bilan provisoire est de cinq morts et 37 blessés« , a déclaré à l’AFP le porte-parole du groupement national des sapeurs-pompiers, colonel Senghane Diagne.

L’accident s’est produit entre 23H00 et 23H30 (locales et GMT), entre les localités de Bala et de Goudiry, dans la région de Tambacounda, à plus de 500 kilomètres de Dakar, selon le colonel Diagne.

Ce train de voyageurs relie plusieurs fois par semaine les capitales sénégalaise et malienne.

Les pompiers n’ont pas indiqué quelles pouvaient être les causes de cet accident de nuit. Mais une source à la gendarmerie de Goudiry a souligné le « mauvais état des rails » dans cette partie du Sénégal.


Source:AFP

14 Mai 2009