Partager

Les militants du syndicat national des commissaires de police du Mali se sont retrouvés, hier en assemblée générale pour évoquer la situation portant nomination à titre exceptionnel de certains fonctionnaires de police à des grades supérieurs. Au terme de cette assemblée générale nous avons échangé avec le secrétaire général. Celui-ci a déclaré que ces nominations ne sont pas conformes aux textes de la police nationale.

Ce matin nous avons décidé de se regrouper en assemblée générale pour évoquer une situation qui depuis un certain temps est en train de mettre le corps de la police en danger. Il s’agit de la décision prises par les plus hautes autorités pour faire une promotion à un certain nombre de fonctionnaires de la police qui étaient de catégories inférieures pour les propulser à d’autres catégories supérieures. Ces différentes promotions à titre exceptionnel concernent les gents qui ont participé aux événements du 22 mars ».

A la suite de cette réunion, ils ont rencontré le ministre de l’intérieur et de la protection civile, général Tiefing Konaté le mardi. Avec leur ministre de tutelle, les syndicalistes ont eu un long débat où ils ont dit qu’ils ne sont pas d’accord puisque la procédure administrative est nulle et la procédure juridique est encore contestable. Le ministre aurait affirmé au cours des débats que face à une situation exceptionnelle on peut mettre les textes de côtés. Toute chose que les syndicalistes n’ont pas approuvé. Ousmane Diallo a déclaré que les nominations à titre exceptionnel sont prévues dans les dispositions de la police nationale en ses articles 120 et 121.

En ce qui concerne le 1er article, il prévoit de récompenser les fonctionnaires de police blessés au cours d’une mission. Quant au second article il prévoit de récompenser ceux qui ont fait des exploits. Tel n’est pas le cas.

Face à l’état actuel du pays, le syndicat a fait savoir au ministre qu’il est inopportun de procéder à des nominations. Pour le secrétaire général, l’essentiel est de réconcilier les forces de l’ordre entre elle et avec la population en allant reconquérir les régions perdues plutôt que de distribuer des galons alors que les conditions ne sont pas requises. Le ministre dit avoir pris bonne note. Il a recommandé au syndicat de faire un rapport en mettant ses observations et en suggérant l’élargissement de la liste. La dernière proposition n’a pas intéressé les syndicalistes qui souhaitent l’application stricte des textes de la police.

« Nous allons faire usage de tous les moyens légaux en tout cas loin de toute logique de violence. Au contraire nous allons décourager toute personne qui serait tentée de mener la police vers une telle aventure », a dit Ousmane Diallo.

Parlant des incidents à la GMS hier, le secrétaire général déclare que l’avancement dans la police suit un mécanisme que certains ont voulu enfreindre pour se faire eux mêmes des promotions compte tenu de leur collision avec l’ex-junte.

A travers le ministre CNRDRE, ils peuvent avoir beaucoup de chose. Ils ont utilisé des jeunes qui se sont levés contre eux pour leur demander d’ôter les galons qu’ils ont indument acquis.

Moussa SIDIBE

L’Indépendant du 27 Septembre 2012