Partager


Sortis insatisfaits de leur préavis de grève de 72 h (20-23 mars 2007), les 1500 agents de la douane veulent remettre ça avec la participation du Syntade. Un nouveau préavis de grève de 72 h, a été déposé pour compter du 18 avril 2007.

C’est en sa qualité de secrétaire général du Syndicat national des travailleurs des administrations d’Etat que Siaka Diakité a pris part à la conférence de presse de la section syndicale de la douane hier à la Bourse du travail. Le patron de l’UNTM s’est montré très fâché contre le gouvernement pour la non-exécution du protocole d’entente signé avec le syndicat de la douane le 15 juillet 2006. « C’est un mépris, un manque de considération, un discrédit que ceux-là qui ont la charge de l’Etat tentent de jeter sur le mouvement syndical », s’est indigné M. Diakité.

Selon M. Diakité, un protocole d’accord a été signé en 2003 entre l’Etat et les douaniers. Un autre protocole en 16 points a été signé le 15 juillet 2007 avec un chronogramme d’exécution qui ne sont jusque-là pas appliqués. Il accuse l’Etat de violation du statut général de la fonction publique pour la simple raison qu’il refuse d’intégrer les 300 agents contractuels de la douane, recrutés selon les dispositions générales de la fonction publique. « Si dans les 15 jours qui suivent il n’y a pas de réponse, les 15 sections du Syntade seront en grève avec la douane », menace-t-il.

Le secrétaire général de la section syndicale de la douane, Yacouba Katilé, son camarade Youssoufi Daga et Tidiani Coulibaly, secrétaire administratif du Syntade, tous deux membres de la commission de négociation mettent en avant la mauvaise foi des gouvernants.


Trois à 5 milliards de pertes

L’une des manifestations de cette mauvaise foi est, selon M. Daga, la « renégociation » du protocole d’accord que leur a tenté d’imposer la partie gouvernementale au cours des débats. La partie d’en face, dira-t-il, a fait une « lecture partielle et tendancieuse » du même protocole en disant que les dates indiquées dans le chronogramme d’exécution ne sont données qu’a titre indicatif.

M. Daga parle en outre de « propositions confuses et légères » faites par le ministre de l’Economie et des Finances, qui a fixé au mois d’avril la date d’exécution des doléances comme la dotation en uniforme, l’alignement du traitement des agents de douane à l’étranger sur ceux des entrepôts relevant du ministère de l’Equipement et des Transports, entre autres. D’autres revendications, comme le statut autonome et le plan de carrière, l’intégration des 300 agents contractuels à la fonction publique, etc. ont été ignorées.

Si l’on en croit MM. Daga et Coulibaly, les négociations qui n’ont débuté que 48 h avant la grève se sont soldées par un échec. La grève en elle-même aurait été un succès, indique le secrétaire général, Yacouba Katilé. Ce dernier estime, que le mouvement a été suivi à 100 % avec « zéro recette » au cordon douanier se chiffrant entre 3 à 5 milliards de F CFA de perte à l’Etat. L’estimation porte sur 1 milliard de F CFA par jour de recettes douanières.

Pendant ces trois jours suivis de deux jours fériés (samedi et dimanche), 1119 camions sont restés immobilisés de Kouri à Zégoua en passant par Diboli. Les 1500 agents de la douane bénéficiant de la solidarité syndicale du Syntade sont décidés à déclencher de nouveau l’opération zéro recette du 18 au 20 avril 2007 si une suite favorable n’est pas donnée à l’ensemble de leurs revendications.

Abdrahamane Dicko

05 avril 2007.