Partager

Véritable réaction normale du corps, le stress nuit à l’équilibre psychologique et physique. Personne n’est à l’abri du stress. Selon le psychologue Emmanuel Kamaté, le stress n’est pas une maladie, mais ses conséquences peuvent nous rendre malades. Et ces malaises peuvent revenir plusieurs fois tant que la source (le stress) n’est pas prise en charge correctement. Il explique que le stress est l’ensemble des réactions produites par l’organisme pour s’adapter à une situation précise, grâce à des mécanismes biologiques, comme la sécrétion de certaines hormones et psychologiques, comme la mise en place de stratégies de défense.

«C’est une réaction normale à une situation anormale», précise-t-il avant d’ajouter que c’est un signe de faiblesse. En somme, le stress définit autant la situation subie par l’organisme, que la réaction de ce dernier à cette situation. Selon le toubib, il n’existe presque pas de données sur le stress en Afrique particulièrement au Mali. Cependant, on peut dire par expérience que les hommes sont les plus stressés à cause de leurs rôles et responsabilités même si les femmes le manifestent plus rapidement. Il est bon de signaler qu’il y a des emplois qui causent plus de stress que d’autres.

Notre spécialiste explique que les causes du stress sont multiples. La situation entraînant le stress peut être due à un agent physique, chimique ou émotionnel, agréable ou non. La réaction à cette situation peut être biologique et psychologique. Cette réaction ou syndrome d’adaptation est commune à tout facteur de sollicitation et en même temps propre à chaque individu.

Le stress peut être dû à des agressions physiologiques externes ou internes comme les blessures, les températures, l’humidité, les bruits, la faim, la soif, la fatigue et le manque de sommeil. C’est-à-dire des situations où les compétences sont perçues comme inadaptées, les conditions de vie difficiles, surcharge de travail, le manque de coordination et de communication, les problèmes relationnels et interpersonnels, les conflits d’équipe ou de non intégration. Il peut également être lié aux facteurs personnels de la vie quotidienne comme les problèmes personnels à la maison, entre autres, les enfants malades, la séparation, le divorce, la maternité, le décès. Parmi les facteurs entraînant le stress, il faut citer aussi les problèmes sur le lieu de travail, qui sont le manque de feed-back, de reconnaissance, de collaboration, de relations hiérarchiques. Enfin l’anxiété, qui résulte de notre capacité à imaginer des risques à venir, fait partie des causes.

IL EST POSSIBLE DE CONTRÔLER LE STRESS- Le stress se manifeste de plusieurs manières. Parmi ces signes ou réactions physiques, il y a les nausées, les difficultés à dormir, les sueurs froides, les diarrhées, la fatigue, le manque d’appétit, les maux de tête, les problèmes cutanés, l’augmentation du rythme cardiaque, l’hypertension artérielle, le tremblement musculaire, la tension musculaire, etc. Quant aux signes ou réactions comportementales, on peut noter l’hyperactivité, la conduite dangereuse, la consommation exagérée des excitants comme l’alcool, le tabac et la drogue. L’isolation exagérée, le travail excessif, la mauvaise performance, le comportement erratique, la prise de risque, l’agressivité ou la négligence de soi permettent de repérer le stress.

La confusion, la difficulté à décider, le manque de concentration, la perte de mémoire, le cynisme et les cauchemars, constituent des signes ou réactions cognitives qu’on repère chez les sujets stressés. Sur le plan émotionnel, le stress se reconnaît à travers notamment l’anxiété, la tristesse, la culpabilité, la peur, les sautes d’humeur, la dépression, les ressentiments et la rancœur, la colère, le déni, les pleurs, l’irritabilité et l’excitabilité. Last but not least, on peut avoir des signes ou réactions spirituelles et changement de personnalité qui sont parfois graves comme la dépression, le pessimisme, la perte de la foi ou l’excès de la foi, le changement de valeurs et de ses croyances.

S’agissant des effets du stress sur notre santé, le psychologue assure qu’il est d’abord bénéfique puisqu’il mobilise toutes nos ressources en vue de l’attaque ou la défense, mais pas sur le long terme. Ainsi, le stress chronique peut provoquer des problèmes de santé auxquels on ne s’attend pas généralement chez un individu. Il s’agit par exemple de l’hypertension, la nervosité, la fatigue, la dépression, l’ulcère, l’asthme, des céphalées à répétition.

L’état de stress n’est pas une maladie en soi mais lorsqu’il est intense et qu’il dure, il peut avoir des effets graves sur la santé physique et mentale pouvant aller jusqu’à la mort, insiste le psychologue. «Il est impossible d’éviter le stress, mais il est possible de le contrôler» révèle-t-il. Il précise qu’il est bien possible de réduire son niveau de stress en demandant l’aide d’un spécialiste ou en appliquant certains conseils. Faire face au stress dépend de chaque individu, à travers quelques règles de base.

Il faut savoir accepter ses émotions, c’est-à-dire garder ses émotions pour soi est mauvais pour la santé. Il faut identifier la source du stress pour tenter de résoudre les problèmes. Il conseille de ne pas hésiter à partager ses émotions avec quelqu’un de confiance, mieux, le spécialiste conseille de ne pas laisser s’envenimer une situation. Éviter les dépendances à l’alcool et au tabac notamment. Parler de son stress n’est pas un signe de faiblesse mais plutôt une responsabilité, conseille le psychologue. Il faut éviter de souffrir en silence, mais plutôt demander de l’aide et communiquer.

Fatoumata NAPHO

Source: L’ESSOR