Partager


Décidément, les dieux du football ont abandonné les blancs de Sotuba dans leur galère. Malédiction ou contre performance, la descente aux enfers du Stade Malien de Bamako ne laisse personne indifférent dans le monde du football de notre pays.

Club phare du pays dans le domaine du football, le Stade Malien de Bamako se trouve aujourd’hui dans de grandes difficultés par rapport à la gestion du championnat national, compétition phare de la saison. En effet, après 10 journées de compétitions, le Stade Malien de Bamako se retrouve à la traine en occupant la 10ème place sur 14 équipes lancées à la conquête du trophée de champion du Mali pour l’année sportive en cours.


La contre performance du stade malien

Mais la dernière sortie contre la Jeanne d’Arc, une équipe créée à partir du même Stade Malien, selon nos sources, clouera le bec à ceux qui croyaient que la série noire était passagère.

Après 10 journées jouées, le Stade Malien de Bamako ne compte que 10 petits points dont seulement 2 matches gagnés, 5 matches nuls et 2 défaites. Cette descente aux enfers est une épreuve difficile pour l’administration du club, aujourd’hui, le club fait partie des plus riches de la place et ses résultats ne vont en aucune manière encourager les sponsors et les partenaires à y injecter de l’argent.

Manœuvres vaines des supporters

Aussi, les supporters ont mené toutes sortes d’actions entre autres : l’intimidation des officiels de matches, recours à la violence, actes de vandalisme pour mettre fin à cette série noire, mais rien à faire.

Les plus troublés dans cette tourmente restent les joueurs eux-mêmes car, connus par le public à cause des rendements et un savoir-faire irréprochable, ils se trouvent aujourd’hui dans l’incapacité de produire des résultats et cela à l’image de l’attaquant vedette du club Bakary Coulibaly.

Le comble est que le Stade Malien de Bamako doit représenter notre pays en compagnie des Rouges de Hérémakono aux compétitions africaines. Déjà, le Djoliba a montré ses preuves en deux sorties en se qualifiant pour le second tour.

De toutes les façons, le Stade Malien de Bamako a intérêt à retrouver ses performances d’antan, car, au-delà de la compétition africaine, il risque de jouer en division inférieur l’année prochaine si les choses n’évoluent pas.


Moussa KONDO (Stagiaire)

20 Février 2009