Partager

La Commission européenne a critiqué la décision du Soudan d’expulser 2 hauts responsables de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), actifs au Darfour, dans le sillage du mandat d’arrêt contre le président Omar el-Béchir pour génocide. Les deux responsables visées de l’OIM, une Espagnole et une Italienne, Carla Martinez et Laura Palatini, ont quitté le Soudan le 17 juillet 2010.Pour l’organisation Médecins sans frontières (MSF), seules les sections france et hollande ont dû partir. Les belges, suisses et espagnols sont restées. Un scénario similaire a été observé chez l’ONG française, Action contre la faim (ACF).
Le Soudan avait accusé l’ONG MSF de collaborer avec la CPI. Il avait saisi le matériel, et exigé le versement de l’équivalent de six mois de salaires pour l’ensemble du personnel.Or MSF au Soudan à l’époque, c’était une quarantaine d’expatriés et près de 900 employés soudanais, sur 5 sites au Darfour. La plus grosse mission à travers le monde comme pour ACF.Aujourd’hui, les sections fermées le sont restées, et les employés mis dans l’avion ne sont plus revenus, faute d’autorisation.L’OIM, elle, dit n’avoir reçu aucune explication officielle sur les raisons de l’expulsion de ses deux cadres, et ne veut pas spéculer.Cette fois, c’est une agence représentant 127 gouvernements qui est visée.RFI.FR.