Partager

Le 21e sommet arabe s’est ouvert lundi matin à Doha en présence du président soudanais , sous le coup d’un mandat d’arrêt de la CPI, mais en l’absence du président égyptien Hosni Moubarak. Il s’agit du 4è voyage à l’étranger du président soudanais délivré contre lui par la CPI. Il s’est rendu la semaine dernière en Erythrée, en Egypte et en Libye. Les dirigeants arabes, qui se sont déclarés solidaires de M. Béchir, entendent demander « l’annulation » du mandat d’arrêt de la CPI, « le Soudan n’étant pas membre de cette Cour« , selon un projet de résolution élaboré par les ministres arabes des Affaires étrangères et obtenu par l’AFP. « La décision de la CPI contre le président Omar el-Béchir crée un dangereux précédent en s’en prenant à un président en exercice« , affirme ce projet. Khartoum a expulsé 13 grandes ONG internationales et fermé 3 ONG locales en réponse au mandat d’arrêt de la CPI. Les 22 membres de la Ligue arabe peinent à surmonter leurs querelles au sujet de la récente offensive militaire israélienne contre la bande de Gaza, qui a renforcé leurs divisions en 2 camps.(Afp)