Partager

A l’occasion de la célébration du mois de la lutte contre le sida,
le SNEC vient d’organiser le samedi 15 décembre 2007, une journée
de sensibilisation contre cette pandémie. C’était à la Bourse du
Travail où la cérémonie d’ouverture était placée sous la
présidence du ministre des Enseignements Secondaire Supérieur et
de la Recherche Scientifique en la personne de M. Amadou Touré et
du ministre de l’Education de Base empêché.

Au présidium, on notait la présence du secrétaire général du
SNEC, M. Tibou Telly, de la Directrice de l’Académie
d’enseignement de la rive gauche, Mme Dialla Binta Diallo, et du
coordinateur du projet EPT/VIH/Sida, M. Maouloud Ben Kattra.

L’OBJECTIF DE LA JOURNEE

Le choix de cette journée de sensibilisation s’explique
essentiellement par la consécration d’un seul combat pour une
seule ambition, c’est-à-dire bâtir une école sans sida pour
prévenir le développement durable. Le SNEC estime aussi que seule
une éducation publique de qualité aboutira à la démocratie et à un
développement durable.

Selon le secrétaire général du SNEC, cet événement est une
nouvelle alerte face au VIH/Sida et les IST à l’école. Aussi, le
VIH/Sida constitue un handicap pour le milieu scolaire car, chaque
jour, il fait pratiquement une victime parmi les enseignants.

POURQUOI S’UNIR ?

S’unir au milieu du tumulte pour mieux affronter le sort et
oeuvrer pour créer les meilleures perspectives de bonheur aux
populations telle est l’ambition du SNEC, dira son secrétaire
général.

Plusieurs avancées significatives dans cette perspective au niveau
de la société civile du Mali ont été déjà réalisées. Très tôt, le
SNEC a vite compris que le VIH/Sida est un ennemi fort mortel de
l’Education Pour Tous (EPT).

UNE ACTION CONTRE LE SIDA

Selon le coordinateur du projet EPT/VIH/Sida, depuis 2002, le
bureau exécutif du SNEC, avec l’appui de l’International de
l’Education (IE) de l’OMS et EDC s’est engagé avec d’autres
organisations syndicales africaines dans une vaste campagne de
formation, d’information et de sensibilisation d’enseignants de
leaders syndicaux à travers tout le pays.

Plus de 995 enseignants ont été formés sur tout le territoire
national entre 2002-2006. L’évolution du nombre d’enseignants
dépistés et malades est estimée à 33,3% de femmes contre 2,5%
d’hommes en 2005. Du côté des élèves et étudiants, le taux est de
3,34% pour les garçons contre 3,12% des filles pour la même année.

LA CONCLUSION DES ENQUETES

Dans la conclusion présentée par le coordinateur du projet, le
milieu scolaire est frappé par le sida à deux niveaux. Le premier
a trait à l’offre d’éducation avec un nombre d’enseignants
malades. Le second a trait à un nombre plus élevé de la population
féminine enseignante affectée.

Par ailleurs, malgré la diminution
du sida chez les élèves et étudiants, il est avéré que les filles
sont plus exposées que les garçons.

Par conséquent, malgré les progrès réalisés par le SNEC en matière
de lutte contre le VIH/Sida, il y a lieu, d’après Ben Kattra, de
renforcer les campagnes de sensibilisation à travers la promotion de
clubs anti-sida dans tous les établissements du pays. Le SNEC
demande la réinsertion et la prise en charge des enseignants et
élèves atteints par la maladie.

LA LUTTE CONTRE LE SIDA, UN COMBAT QUOTIDIEN

Le ministre dira que l’éducation va plus loin, c’est-à-dire “aller
vers
” en tant qu’enseignant, lui-même, l’éducation doit être leur
combat de tous les jours. C’est pourquoi, il a demandé à tous les
enseignants d’observer une heure dans la journée pour éduquer la
bonne pratique aux enfants. Il a également demandé aux enseignants
de travailler en communion pour éradiquer ce fléau en milieu
scolaire.

Somme toute, l’implication effective des femmes bien formées pour
mieux sensibiliser et éduquer nos enfants, a dit le ministre. Pour
conclure, le ministre a promis au SNEC la signature de la
convention avec son département pour lutter convénablement contre
cet redoutable fléau.

Au cours de la cérémonie, le jeu de rôle et la déclaration des
femmes du SNEC en matière de lutte contre le sida ont été
démontrés. Ensuite, les manuels scolaires de lutte contre le sida
ont été remis aux directeurs des Académies.

Hady BARRY

17 Décembre 2007.