Partager

Comme une réplique aux propos du président François Hollande qui déclarait que l’administration sera d’abord à Kidal avant l’arrivée de l’armée malienne, le patron de la centrale syndicale est catégorique : « l’administration ne sera pas à Kidal sans l’armée malienne » .

Pour le Secrétaire général de l’UNTM, Siaka Diakité, il est anormal que l’administration malienne soit à Kidal accompagnée des alliés sans la présence de l’armée malienne. A l’union nationale des travailleurs du Mali, on estime que c’est un mépris pour notre souveraineté que d’accepter pareille situation. Siaka Diakité a invité les plus hautes autorités à entreprendre des initiatives visant à accélérer le déploiement de l’armée malienne dans cette partie du pays.

Il a soutenu qu’à travers l’opération serval, la France a joué un rôle capital dans le processus de la libération du Mali, qui a, en même temps bénéficié du soutien de la communauté internationale. Siaka Diakité a cependant avoué ne pas comprendre les restrictions qui sont exercées sur l’armée malienne quant à son entrée à Kidal.

S’agissant de la situation politique, le Secrétaire général s’est réjoui sur le fait que la présidentielle fixée au 28 juillet continue à faire l’unanimité. Le président du front anti-putsh (FDR) mouvement né aux lendemains des événements du 22 mars a indiqué qu’il est important d’abréger la durée de la transition pour permettre au pays de sortir rapidement de la crise.

Il a en outre demandé aux partis membres du FDR de préserver le nom de ce regroupement pendant la période électorale.

CléophasTyénou

L’Indépendant du 29 Mai 2013