Partager

Le Secrétaire général de la CNAS-Faso Hèrè nous répond :“ Tous les sondages donnent Zou gagnant en 2012 ”

Monsieur le Directeur de la Publication,

Dans son édition du 11 Août 2011 et sous la plume de M. Alassane Diarra, L’Indépendant mentionne le Dr. Soumana Sako parmi ceux que votre journal considère comme  » des leaders de petits partis à la recherche de strapontins « . Les propos de M. Diarra appellent de ma part les mises au point suivantes :

1. Contrairement aux insinuations et autres allégations de M. Diarra, la contrebande d’or connue sous le vocable  » Affaire Sabena  » était bien réelle. Mise à nue dans la nuit du samedi 15 août 1987 à l’aéroport de Bamako-Sénou par le Dr. Soumana Sako, alors Ministre des Finances et du Commerce, elle portait sur environ onze tonnes et demie d’or frauduleusement exportée du Mali par la compagnie aérienne belge entre janvier 1985 et le 15 août 1987. Ces faits, qu’une commission interministérielle ad hoc (justice, sécurité, finances, transport, affaires étrangères) avait reçu mandat d’infirmer pour confondre l’intrépide Ministre des Finances démissionnaire, ont été officiellement confirmés par le Premier Ministre de l’époque dans une lettre en date du 28 janvier 1988 adressée au Chef de l’Etat, le Général Moussa Traoré. L’opération du 15 août 1987, dirigée par M. Moussa Yoro Diakité, Chef de l’Inspection Générale de Finances, n’a donc pas été un fiasco, bien au contraire.

2. Ni le Dr. Soumana Sako, ni personne d’autre, n’a fouillé l’avion. Le chargement d’or (environ 150kg) n’a pas été embarqué tout simplement parce qu’un haut cadre des Douanes en poste à l’aéroport, intrigué par la présence sur les lieux de M. Alassane Singaré (l’un des douaniers les plus compétents et les plus intègres du Mali) a alerté M. Rudy Wolf, le représentant de la Sabena quelque 20 minutes avant le chargement. Le Dr. Soumana Sako a, dès le lendemain, mis ledit haut cadre à la disposition du Lt-Colonel Kafougouna Koné, Chef d’Etat Major de la Gendarmerie Nationale.

3. Le Samedi 22 août, en application du Code des Douanes du Mali et en conformité avec les Conventions de Rome et de Chicago sur les transports aériens internationaux, le Dr. Soumana Sako ordonne que soit arraisonné l’avion de la Sabena attendu dans la soirée. Cet ordre a été dûment exécuté par le chef du Bureau des Douanes de Bamako-Sénou. Le lendemain, les autorités font partir l’avion de la Sabena. Le même jour, le Dr. Soumana Sako signe sa lettre de démission, avec effet au lundi 24 août 1987, non sans avoir déposé une plainte officielle entre les mains du Ministre de la Défense, le Général Sékou Ly, contre ceux qu’il a appelés  » les fossoyeurs de l’économie nationale « . Les raisons de sa démission sont clairement exposées dans la lettre remise au Chef de l’Etat.

4. Le Général Moussa Traoré, qui a toujours considéré que les actions de moralisation de la vie publique farouchement menées par son valeureux Ministre des Finances créaient les conditions idoines pour un sursaut national et un réarmement moral du Peuple, ne s’est jamais remis, ni politiquement ni psychologiquement, de cette démission.

5. Les Gouvernements successifs du Mali, jusques et y compris sous le Président Alpha Oumar Konaré, ont continué à harceler le Gouvernement belge et sa compagnie aérienne pour obtenir une juste réparation du préjudice subi par l’Etat malien.

6. La Convention Nationale pour une Afrique Solidaire-Faso Hèrè (CNAS-Faso Hèrè) est aujourd’hui mieux implantée que la plupart de ceux que vous considérez comme de  » grands  » partis, et ces derniers le savent. Elle a réussi son implantation dans toutes les régions du Mali et à l’Extérieur sans cependant recourir ni aux moyens de l’Etat, ni au trafic d’influence, ni à l’achat des consciences. Les soi-disant « grands partis » ont tous mordu la poussière lors des communales partielles en Commune IV, malgré l’avalanche d’argent et de moyens matériels. La CNAS-Faso Hèrè, en qui le peuple malien fait confiance à cause de notre langage de vérité et de notre engagement patriotique, leur donne rendez-vous en 2012, in Chah Allah !

7. Le Dr. Soumana Sako n’a jamais cherché un strapontin et personne ne peut affirmer lui avoir donné un  » coup de piston  » pour l’obtention des divers postes qu’il a occupés au Mali et dans le système des Nations Unies. Vous pouvez vous adresser au ministre d’Etat Oumar Coulibaly, au président Moussa Traoré ainsi qu’au président Amadou Toumani Touré. A plusieurs reprises, le Dr. Sako a renoncé à des postes internationaux pour se mettre au service de son peuple, un peuple qu’il n’a jamais trahi et qui le sait. Dire que personne n’avait jamais entendu parler de Zou jusqu’à ces derniers temps revient à nier l’évidence car il s’est toujours publiquement prononcé sur les grands sujets d’intérêt national et africain, et ce, en dépit du devoir de réserve qui s’impose à tout fonctionnaire international et alors même qu’une certaine censure au niveau de la presse d’Etat et de certains plumitifs à gages dans la presse privée cherchait- et cherche toujours- désespérément et en vain à étouffer sa voix.

8. Tous les sondages le donnent gagnant en 2012. A titre d’illustration, je vous renvoie au sondage organisé par le site web Malijet.com, lequel le met largement en tête de tous les candidats déclarés ou probables à l’élection présidentielle de l’an prochain. Aux yeux de la grande majorité des Maliennes et de Maliens, y compris les jeunes (cette tranche d’âge dont les soi-disant grands partis pensent, à tort mais pour se rassurer en se berçant d’illusions, qu’elle n’a pas connu Zou), le Dr. Soumana Sako est la personnalité politique nationale la plus crédible.

Ce n’est point un hasard s’il occupe le devant de la scène politique, et ce au grand dam des candidats de « grands partis » autoproclamés à qui il coupe le sommeil aujourd’hui, comme il coupe le sommeil à tous ceux, heureusement minoritaires, qui tiennent à continuer à sucer le sang des pauvres, à tromper les travailleurs laborieux, à piétiner les cadres patriotes et intègres qui ne veulent pas courber l’échine, à s’accaparer des terres paysannes et à marginaliser les opérateurs économiques honnêtes.

Son parcours de dirigeant-fondateur du mouvement estudiantin, de cadre intègre et compétent ayant fait ses preuves au Mali et à l’Etranger, de patriote, de panafricaniste et de défenseur sans peur et sans reproche du peuple, milite largement en sa faveur. Lui au moins n’a pas besoin de corrompre des journaux maliens ou étrangers pour s’imposer comme le meneur du jeu politique en 2012 et au-delà, l’homme qui remettra le peuple malien dans ses droits et redonnera à notre cher Mali la place de choix qui lui revient sur l’échiquier africain et mondial.

Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun !

Notre réponse

L’ingénieur Soumana Tangara, en accusant bonne réception de votre soi-disant droit de réponse, qui n’en est vraiment pas un, nous avons compris que vous avez de sérieux problèmes avec la langue de Molière. Ainsi, qu’il nous soit permis de relever quelques déformations malheureuses dans votre papier. Premièrement, nous n’avons jamais écrit que l’opération de « l’affaire Sabena » n’était pas réelle. Cependant, elle a été bel et bien un fiasco. Vos propos l’attestent à suffisance quand vous écrivez que « le chargement d’or (environ 150 Kg) n’a pas été embarqué tout simplement parce qu’un haut cadre des Douanes en poste à l’aéroport, intrigué par la présence sur les lieux d’Alassane Singaré (l’un des douaniers les plus compétents et les plus intègres du Mali) a alerté Rudy Wolf, le représentant de la Sabena quelques 20 minutes avant le chargement ».

Deuxièmement, nous n’avons jamais écrit que Soumana Sacko ni une autre personne a fouillé l’avion en question.

Troisièmement, nous n’avons pas non plus écrit que Soumana Sacko a cherché un quelconque strapontin. S’il vous plait, l’Ingénieur Tangara, au lieu d’écrire du n’importe quoi, nous vous prions de bien vouloir relire l’article que vous incriminez à tort. Nous n’avons jamais écrit des insinuations, encore moins des allégations. Nous n’avons fait qu’une analyse froide de la situation politique de notre pays. Ce qui est le rôle de tout bon journaliste. L’ingénieur Tangara, vous souffrez parce que nous avons qualifié la CNAS de petit parti ? Et bien, le temps nous édifiera. Si vous comptez sur les sondages du site web « Malijet.com » qui donnent « Zou » gagnant en 2012, comme vous l’avez indiqué dans votre papier, le réveil risque d’être brutal pour vous. Wait and see.

Alassane DIARRA

L’indépendant du 16 Août 2011.