Partager

une-164.jpgNous sommes tous heureux le temps de la séduction et de la lune de miel (de quelques mois à deux ou trois ans), mais rares sont les couples qui réussissent à gérer harmonieusement les crises et les conflits inévitables de la vie à deux. Qu’est-ce qui fait que certains couples réussissent là où la majorité échoue?

Depuis une quinzaine d’années, des psychologues ont cherché la réponse en créant des «laboratoires de l’amour» (love labs) pour y observer, interroger, analyser et ausculter des couples heureux et des couples malheureux. Ils ont découvert que les premiers ont des attitudes et des aptitudes que ne possèdent pas les seconds.

Ils n’ont pas trouvé de formule magique ou de recette infaillible, mais ils ont vite compris que les couples heureux évitent les pièges dans lesquels s’enfoncent les couples qui divorcent.

Ce qu’ils ne sont pas

une-163.jpgExtérieurement, rien ne différencie un couple heureux d’un couple malheureux. Certains paraissent même très heureux en public alors qu’en privé, ils vivent un véritable enfer. Les membres des couples heureux ne sont pas plus intelligents ou plus riches que les autres. Ils n’ont pas suivi de longs cours de préparation au mariage ou de psychologie masculine ou féminine. Ils ne sont pas parfaits. Ils ne sont pas non plus d’une beauté exceptionnelle. Ils ne vivent pas dans des châteaux et n’ont pas nécessairement une sexualité à tout casser.

Chose certaine, ils ne sont pas submergés par une passion qui les transporte et leur fait perdre la tête.

L’intelligence émotionnelle Conjugale

Par contre, ils ont réussi à établir une dynamique qui empêche leurs pensées ou leurs sentiments négatifs de submerger leurs pensées ou leurs sentiments positifs. Ils n’entrent pas dans les jeux utilisés par les couples malheureux: «J’ai raison, tu as tort.» «Le problème, c’est toi.» «C’est toi qui as commencé.» «Si tu m’aimais vraiment…» «Tu le fais exprès ou quoi?» «Tu ne comprends jamais rien», etc.

N’allez pas croire que l’un des deux se soumet à l’autre. Au contraire, les deux exigent le meilleur de l’autre en tant que partenaire, amant, parent, travailleur et citoyen. Mais ils affirment leurs besoins au lieu d’exprimer leurs frustrations ou leurs émotions, à moins que ces dernières ne soient positives. Les couples heureux, en effet, se font de cinq à dix fois plus de compliments que de reproches.

Le sens des responsabilités

Les membres des couples heureux possèdent un solide sens des responsabilités. Ils ne demandent pas à l’autre de les rendre heureux; ils ne demandent pas à l’autre de changer pour correspondre à l’image qu’ils se font de l’autre. Chacun prend la responsabilité de sa vie et de son couple à 100 %, là où les couples malheureux le font à 50-50.

Si les besoins (affectifs ou sexuels) de l’un ne sont pas satisfaits, il trouve de nouvelles stratégies pour les satisfaire au lieu d’accuser l’autre d’être responsable de ses frustrations.

Ils n’utilisent pas la formule donnant-donnant si chère aux couples malheureux. Ils sont très exigeants parce qu’ils sont aussi très généreux et donnent sans attendre. Les membres des couples heureux sont la plupart du temps formés de célibataires heureux et responsables.

Lorsque interrogés sur le secret de leur bonheur, ils répondent généralement: «J’ai toujours accepté mon partenaire tel qu’il (elle) est.»

Caractéristiques des couples heureux
– Ils préfèrent être heureux
– Ils acceptent les désaccords
– Les sentiments positifs prédominent
– Ils exploitent leurs différences
– Ils sont affirmatifs et exigeants
– Ils sont fidèles et responsables

Par Yvon Dallaire, Psychologue pour canoe.com