Partager


Plante à huile d’Amérique du sud introduite en Afrique occidentale par l’intermédiaire des comptoirs européens (XVIè siècle). Possédant une tige ne dépassant guère 70 cm de hauteur, elle porte ses fruits sur ses racines, demande beaucoup de chaleur (32o C) et se contente d’une pluviosité moyenne de 600 mm, ce qui en fait la plante oléagineuse idéale de la zone soudanaise.

En revanche, même modeste, ses besoins en eau l’amènent à lancer ses racines en tous sens et jusqu’à un mètre de profondeur. Il en résulte à long terme une dégradation des sols, déjà fragilisés par le climat tropical, et une suspicion, voire une hostilité des paysans traditionnels envers les cultivateurs d’arachide, débouchant sur des problèmes politiques graves, comme en Casamance.

Encouragée par la colonisation, la culture de l’arachide a fait du Sénégal un des producteurs africains et créer les fondements économiques du Mouridisme, un courant religieux original.


Réflexion :
Comme tous les fanatiques et les démagogues, Hitler aimait à partager le monde en noir ou blanc. Il divisait l’humanité en Aryens (les bons) et en non Aryens (les mauvais). Cette division lui servait de critère pour juger toutes choses.

Stuart Chase

Sagesse bambara : L’amitié qui succède à une dispute, c’est une bonne amitié.


FOCUS: Kady Barry, l’ingrate ?

A Bamako, les gens ont la mémoire courte. Rares sont les personnes qui reconnaissent les bienfaits. De tels comportements empêchent à faire du bien. Sachez que c’est Mme Nène Astou Doumbia, militante du RPM, qui à travers ses relations, a eu vent d’un défilé de Miss- naine à Libreville (Gabon). Elle informa Kady Barry pour participer audit défilé.

C’est ainsi qu’accompagnée de Nène Astou, elle s’est rendue dans la capitale gabonaise. C’est avec indignation, que ceux qui ont été témoins des différents courriers électroniques (dont les traces existent encore) ont appris de la bouche de KB à la télévision remercier des amis de circonstance à qui elle doit sa survie (logements, boulot, véhicules, comptes bancaires).

Une hirondelle a toujours fait un seul printemps.

Un policier à la retraite soutire 800 millions de FCFA à un Comorien
Depuis l’avènement de la démocratie dans notre pays, les Maliens n’ont plus bonne presse. Et pour cause : le gain facile. Un ancien policier, converti en «coxer» de métal jaune (or), a escroqué 800 millions de FCFA à un Comorien en séjour à Bamako. Informé, le directeur national de la police a mis en demeure l’ex flic de rembourser les sous de son client.

Le ministre de la Culture, débiteur ?

Le Premier ministre, dans le souci d’aider les artistes plasticiens, instruit au ministre de la Culture d’acheter des tableaux pour doter tous les départements ministériels. Le Premier ministre a lui-même donné le ton en achetant cash ses tableaux.

Quant au ministre de la Culture, il a acheté les tableaux des ministères à crédit. Et depuis lors, les plasticiens courent derrière leurs sous. Ils ont remué ciel et terre. Peine perdue, le ministre ne veut rien entendre.
Si les millions de FCFA des artistes plasticiens ne seraient pas payés, l’affaire aura les mêmes tournures que celle de l’Opéra du Sahel.
A bon entendeur, salut !


20 Octobre 2008