Partager

Le week-end dernier, une délégation du Comité National Algérien de Solidarité avec le Peuple Saharaoui, et se disant porteuse de message, a effectué une mission de quelques jours dans notre pays. Elle était conduite par le Président dudit Conseil, M. Mohamed Mahrez Lamara, et les députés Tayet Houari et Ali Sahez.

Paaar cette mission, le Conseil veut attirer l’attention du monde sur les souffrances que continue d’endurer le peuple de la République du Sahara Occidental du fait de son différend avec le Maroc.

Rappelons, à cet effet, que le royaume du Maroc considéré toujours le Sahara Occidental comme faisant intégralement partie du territoire marocain. En dépit des pressions et décisions des instances internationales, le Sahara Occidental vit toujours sous le joug de la république du Maroc qui cherche à le diriger et à opprimer ses populations.

C’est pourquoi au cours de leur visite au Mali, les membres de cette société civile algérienne ont organisé une rencontre à la Maison de la Presse pour dénoncer cette situation, et en même temps interpeller l’opinion nationale sur la question.

“Nous n’avons rien contre le Maroc. Seulement, nous ne voulons plus de néo-colonialisme sur le continent ! ”, a martelé un des membres de la délégation, avant de s’interroger : pourquoi ce pays voudrait-il encore étouffer la voix du Sahara Occidental, en violation des règles et les principes du droit international?

Le peuple du Sahara Occidental a le droit de jouir de ses droits comme le précisent la Charte internationale et toutes les décisions rendues par les instances internationales, a laissé entendre cette délégation de la société civile algérienne qui en a profité pour rencontrer les autorités malienne à plusieurs niveaux. Ce Conseil National Algérien de Solidarité avec le Peuple Saharaoui veut demeurer dans sa mission d’incitation à la prise de conscience de tous les dirigeants et responsables du continent africain.

Le jalon a déjà été tracé par le Conseil qui a eu des rencontres avec des parlementaires maliens et partagé ses points de vue avec eux. C’est ainsi que le Secrétaire Général du parti SADI, le Docteur Oumar Mariko, et plusieurs responsables du PARENA -dont son Secrétaire Général, Me Hamidou Diabaté- ont été contactés pour participer à ladite conférence de presse organisée à la Maison de la Presse.

Aujourd’hui, la société civile algérienne demande avec insistance au Maroc de reconsidérer sa position vis-à-vis du peuple saharaoui. Aussi, les membres de sa délégation qui ont effectue cette mission ne demandent rien d’autre que l’application du droit international, comme le stipulent les dispositifs de la Charte internationale dans les relations avec les responsables et le peuple du Sahara Occidental.


Laya DIARRA

21 Janvier 2009