Partager

Le rapport de la Monusco (Mission de l’organisation des Nations unies pour la stabilisation en RDC), dévoilant la présence de ressortissants rwandais dans la rébellion appelée M23, continue de faire des vagues. Ce rapport interne a été dévoilé lundi 28 mai, et fait état de onze personnes de nationalité rwandaise, dont un jeune mineur, qui se sont rendus avec leurs armes à la force des Nations unies. Le Rwanda a vivement démenti. «Nous n’avons pas de preuves que le Rwanda a un rôle direct dans ce qui se passe dans l’est de la RDC, précise le porte-parole de la Monusco, Touré Penangnini. Nous, nous avons reçu des personnes qui ont déserté et c’est ainsi qu’elles nous ont dit qu’elles avaient été recrutées au Rwanda.» Le porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Mactar Diop, ajoute encore un bémol : « Il ne s’agit pas de soldats rwandais. Ce sont des civils recrutés qui se sont retrouvés sur le terrain de la République démocratique du Congo. Par quels moyens ? Nous ne le savons pas. » Ce rapport n’a fait qu’ajouter un questionnement de plus sur l’implication du Rwanda en RDC. Mercredi 30 mai au soir, un débat s’est ouvert à l’Assemblée nationale entre le ministre de la Défense et les députés, débat à huis clos, la matière étant jugée trop sensible. RFI