Partager

Accusée d’avoir éliminé la liste Codem et alliés, l’alliance RPM-Adéma-UDD a été battue à plate-couture à Koro. En l’absence de la Codem, c’est le PDES qui s’installe royalement à la mairie.

Disqualifiée aux communales du 20 novembre à Koro, la liste Codem et alliés a néanmoins infligé une sanction exemplaire à la liste de la mouvance présidentielle  composée du RPM de l’Adéma et de l’UDD. Très en colère, les militants des disqualifiés ont préféré donner leurs voix à d’autres formations politiques.
La liste RPM-Adéma-UDD croyait bien faire en se débarrassant insidieusement de la Codem. Mais, « à malin, malin et demi », serait-on tenté de dire. Toujours est-il que les militants de la Codem sont sortis massivement voter pour la liste concurrente.
Disposant de la majorité dans le cercle, les leaders de la Codem (mouvance présidentielle) ont instruit à leurs militants de voter pour un indépendant inscrit sur la liste PDES (parti des amis de l’ancien président Amadou Toumani Touré). Les résultats provisoires sont sans commentaire.

Sur les 29 conseillers de la Commune urbaine, la liste PDES en a récolté 19. La tête de liste,  Atimé Djimdé, pharmacien de son état, est virtuellement le maire élu. La liste Adema-RPM-UDD ne s’est contentée que de 10 conseillers.

Et pourtant l’argent, les hommes et même l’administration ont été utilisés dans la campagne pour la liste RPM. Le ministre du Commerce Abdel Karim Konaté alias Empé, Issa Togo, président du groupe parlementaire Adéma, et membre de la section Adéma de Koro, l’honorable Youssouf Aya, l’honorable Hamadoun Niangaly du RPM et Me Alassane Barry de l’UDD sont cités pour avoir déployé les grands moyens.
Malgré tout, la population de Koro l’a décidé autrement. Ce désaveu nécessité un examen politique minutieux pour tout parti qui se respecte.

Zoumana Coulibaly

L’Indicateur du Renouveau du 25 Novembre 2016