Partager

Annoncé comme un parti d’avenir et de porte bonheur pour le Mali, le Rassemblement pour le Développement du Mali de l’ancien premier ministre pleins pouvoirs, Cheick Modibo Diarra se trouve aujourd’hui presque en lambeaux à cause du comportement indigne de son fondateur.

En effet il ne se passe aucun jour sans qu’on assiste à des démissions en cascade au sein du parti et pas les moindres depuis la fin de l’élection présidentielle du 11 Août 2013.

Au moment où tous les partis politiques étaient en train de préparer les législatives 2013, on enregistrait des démissions en cascade de certains membres influents du bureau politique du parti. Selon nos informations depuis le 1er Octobre dernier, Cheick Oumar Tidiani Bidanis Sy et Moussa Alassane Maiga respectivement Secrétaire Général et Secrétaire National chargé des questions éducatives du RpDM ont remis leurs lettres de démissions au parti.

A les croire leur décision est irrévocable et sans regret. D’autres sources annoncent aussi la démission du vieux Mamadou Goundo Simaga qui a fortement contribué à l’implantation du parti à Ségou ainsi que plusieurs autres responsables de l’intérieur du pays. Ce qui témoigne du malaise profond au sein du parti depuis que Cheick Modibo s’est vu parachuté premier ministre avec pleins pouvoirs par le chef de l’ex-junte, Amadou Haya Sanogo.

En effet, il est reproché à Cheick Modibo de tenter toujours à bafouer l’honneur et la dignité des responsables de son parti comme s‘il avait le droit de vie ou de mort sur eux. Tout ce qui comptait pour lui, c’est son point de vue sur toutes les questions concernant le parti. Malgré tous ses comportements indécents de l’homme, les responsables ont cru bon de continuer avec lui. Mais hélas les dérives autoritaires ponctuées par des écarts de langage et les décisions unilatérales ont fini par agacer certains responsables et militants qui croient à la morale politique, ont tout simplement claqué la porte du parti.

Il ressort aussi qu’aucun responsable ou militant du parti n’a été associé aux préparatifs du grand meeting organisé au stade du 26 Mars à l’occasion du lancement de la campagne présidentielle dernière. Mais ce qui sa agacé les uns et les autres c’est au moment où on s’apprêtait à faire le choix des candidats pour les législatives et contre la volonté des militants du parti, Cheick impose ses hommes dont certains venaient d’arriver à peine.

Du coup ce fut la colère voire la révolte des responsables qui se sentent non respectés et blessés dans leur propre amour. Et ce fut le début de la saignée la saignée au sein de toutes les instances du parti à travers tout le pays. Aujourd’hui avec la démission de plusieurs hauts cadres, Cheick Modibo Diarra ne sait plus à quel saint se vouer surtout après savoir été « tué »politiquement. C’est dire qu’on se dirige inexorablement verra l’enterrement définitif du RpDM et de son fondateur après les législatives du 24 Novembre prochain.

Moussa Bamba

Mutation du 01 Novembre 2013.