Partager

. Paix au nord du Mali

. Renforcement de la Coopération bilatérale

. Positionnement du Maroc en Afrique noire

C’est à 18heures, ce mardi 18 février 2014, que le Roi Mohammed VI du Maroc a foulé le sol malien pour la deuxième fois en l’espace de cinq mois. Début d’une tournée en Afrique noire, la visite malienne du Roi chérifien intervient à un moment où plus que jamais, sa voix peut être audible dans le processus de négociation entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du Mali. Le Maroc et le Mali connaissent une phase d’intensification de leur coopération qui embrasse des secteurs aussi vitaux que l’économie, la santé et aussi sensible que l’Islam. Après cinq jours de visite officielle au Mali, la tournée africaine du Souverain devra le conduire en Guinée Conakry et au Gabon.

A l’aéroport international de Bamako Senou, le Roi Mohammed VI a été accueilli à sa descente d’avion par le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta, pendant que tonnaient les 21 coups de canons, pour saluer l’arrivée de l’hôte de marque, e lui signifier les honneurs liés à son rang. Exécutions des hymnes nationaux du Maroc et du Mali, la traditionnelle calebasse d’eau et de noix de colas et la cavalerie.

A l’aéroport de Bamako Sénou régnait une ambiance de fête, des troupes de danses folkloriques maliennes et marocaines rivalisaient d’ardeur, devant les populations maliennes sorties nombreuses.

Coopération bilatérale renforcée

Avec une forte délégation comprenant des ministres, des opérateurs économiques et des responsables d’administration du commerce, de l’Industrie et des banques, cette visite réunit tous les ingrédients pour donner un coup de fouet à la coopération bilatérale entre les deux États. Il est prévu la signature d’une dizaine de conventions dans différents secteurs, comme la santé et l’assainissement, l’Education, l’aviation, et la gestion des ressources en eau. La prière du vendredi, très attendue par les fidèles musulmans, sera vécue comme un moment privilégié, par les populations de Bamako qui convergeront à la grande mosquée de Bamako. Lors de l’investiture du Président IBK en septembre dernier, une convention pour la formation de 500 Imams au Maroc a été signée, et cette formation a commencé. Il n’ira plus prononcer un discours à l’Assemblée nationale comme le prévoyait le programme initial.

Paix au nord du Mali

Cette tournée africaine est une vraie entreprise de charme à travers laquelle le Maroc du Roi Mohammed VI tentera d’étendre ses tentacules en Afrique noire. Au Mali, point de départ de ce périple africain, le Maroc s’est frayé une place de choix à travers la relance et le développement du premier opérateur de téléphonie Sotelma-Malitel, ainsi que la Banque Internationale pour le Mali (BIM SA) appartenant depuis 2009 au groupe marocain Attijariwafa bank.

Son implication dans la résolution de la crise malienne, depuis la visite au Maroc, des rebelles du MNLA, le mois dernier a fait prendre à Rabbat le poil de la bête dans le processus de paix au Mali, à un moment où les négociations étaient au point mort. Avec une telle délégation qui l’accompagne, et les ambitions affichées, le Roi du Maroc, à la différence de la manière, rappelle un peu l’ex guide libyen, qui n’a jusque là pas été remplacé du point de vue des relations de générosité avec l’Afrique noire, dont le Mali et le Gabon dans l’itinéraire du Souverain. Un positionnement en perspectives, du Roi chérifien comme un éventuel repreneur de la Cen-Sad ou peut être le bailleur du G5 Sahel, le nouveau né des Etats du Sahel.

B. Daou

Le Républicain du 19 Février 2014